Trois projets de loi suscitent débats et commentaires populaires à Goma

Sélection de la rédaction

Par Albert Sumaili pene Ndjadi

La conscience politique du Congolais moyen se développe et s’aiguise de plus en plus. Preuve, les projets de loi conçus par les députés nationaux font régulièrement l’objet des commentaires en sens divers. Fait curieux : toutes les couches sociales se font chacune une analyse particulière d’un projet de loi. Ainsi, les intellectuels, les élèves, les opérateurs politiques, culturels et économiques, même les femmes vendeuses ou les demandeurs d’emploi scrutent chacun à sa manière et selon ses attentes ce qu’il attend d’une loi si celle-ci était votée quand bien même les contours en seraient encore flous.

Parmi les propositions de loi qui suscitent un vif intérêt de l’opinion publique dans la ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, on note les projets de lois sur la « congolité », sur la dot et sur la cohésion nationale. Chaque projet de loi appelle des appréciations particulières partisanes voire contradictoires. Apres avoir recueilli patiemment ces analyses par-ci, par là, dans les salons huppés ou encore dans les lieux publics et dans des familles, on se rend compte que la population ressent un besoin impérieux d’être correctement informée avant que l’Assemblée nationale vote l’une ou l’autre loi. Voici en quelques lignes des commentaires sur chacun de trois projets de loi précités :

Projet de la loi sur la congolité

Le projet de loi sur la congolité » ou loi Noël Tshiani portée par le député Pitshou Nsingi Pululu accorde accès à certaines fonctions publiques et particulièrement celle du président de la République au seul Congolais de père et de mère. Au Nord-Kivu, beaucoup de gens croient que si cette loi était votée, elle redonnerait au Congo sa dignité, sa respectabilité mises à mal par certains responsables politiques dont les origines sont douteuses. A cela, les autres observateurs rétorquent que pour mieux servir le pays, il ne suffit pas d’être nécessairement Congolais de père et de mère.

Le projet sur la loi de la dot

Un projet de loi déposé au bureau de l’Assemblée nationale par le député du MLC, Daniel Mbau. A Goma, ce projet de loi est rejeté par presque toutes les mamans qui évoquent des dépenses consenties par les parents pour la scolarisation de la fille et d’autres dépenses obligatoires relatives à son mariage. Par contre, de très nombreux hommes et des jeunes gens s’en félicitent et y voient la diminution des unions illégitimes, avec leur cohorte des enfants abandonnés et la lutte contre la prostitution des filles.

Projet de loi sur la cohésion nationale

Il a été déposé au bureau de l’Assemblée nationale par l’élu de Bafwasende, le député André Ipakala Abeiye Mobiko.

Bien que l’on en ignore encore tous les contours, ce projet  de loi semble faire l’unanimité des commentateurs. Ils se rappellent avec un brin de nostalgie, l’époque du feu Marechal Mobutu où le Zaïre était un pays uni, pacifique, sans groupes armés ni clivages tribaux ou régionaux, à l’image de ce que l’on craint actuellement. On a comme l’impression que certaines ethnies seraient favorisées par rapport à d’autres. Tout a commencé subtilement sous le régime précèdent et cet ethnismes est en train de se de corser davantage au grand dam de la cohésion nationale.

Par contre, beaucoup ne comprennent pas exactement ce que vise cette proposition de loi de l’honorable André Ipakala. S’agit-il de mettre fin aux groupes armés et de quelle manière?  Serait-ce en  cédant une partie du pays pour gagner une paix durable ou de rendre la justice réellement indépendante sans la moindre coloration tribaliste ou politique ?

Comme on le voit, le peuple congolais a grandement soif de connaître les lois avant que nos élus les adoptent ou les votent.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus