Etat de siège – Opération Sokola 2 : 800 rebelles rendus et plus de 400 armes récupérées

Sélection de la rédaction

Le colonel Guillaume Ndjike Kayiko, porte-parole des opérations Sokola 2 au Nord-Kivu a conféré avec les journalistes le vendredi 17 septembre 2021 à la maison de la presse de Goma. Au cours de cette rencontre il a présenté l’état des lieux des activités militaires en territoire de Masisi, de Walikale et de Rutshuru. Pour le colonel Ndjike, 800 rebelles se sont rendus aux Fardc, plus de 400 armes ont été récupérées depuis que l’état de siège a été instauré. Il a demandé à la presse locale d’accompagner l’armée pour mieux informer la population sur les déroulements de toutes les opérations.

Toutefois, l’officier militaire n’a pas indiqué les conditions dans lesquelles sont gardés les rebelles qui se sont rendus et les dispositions qui ont été prises en leur faveur. Comment ils seront réintégrés à la vie civile ou enrôlés dans l’armée et selon quels critères ? Autant de questions restées sans réponse et qui trottent dans l’esprit du public. Toutefois, le haut gradé a demandé à la presse de ne se ressources qu’auprès des FARDC pour donner la bonne information et pour ne pas décourager la population.

Par ailleurs, selon des voyageurs en provenance du Grand nord et de l’Ituri, les massacrés des populations se poursuivent de plus en plus. Ils disent avoir assisté à des scènes horribles se produisant de nuit comme de jour. Dans la ville de Beni la situation aurait empiré depuis que l’état de siège a été proclamé, rapporte un pasteur protestant. Selon lui, les actes d’une violence inouïe se sont multipliés et se commettent au vu et au su de tout le monde, même des officiers de l’armée. Ils sont perpétrés par des hommes portant l’uniforme de la police et de l’armée sans que cela émeuve véritablement les autorités, ajoute-t-il.

Détecter le ver cache dans le fruit

D’autres voyageurs arrivés samedi dernier à Goma par avion en provenance de Bunia rapportent à La Référence Plus que l’axe Beni-Eringeti-Komanda est devenu impraticable à cause de la forte insécurité qui y règne surtout après l’attaque meurtrière récente de 15 véhicules. A les en croire, les ADF ne sont pas toujours les seuls responsables des actes des tueries enregistrés presque chaque jours. Nos interlocuteurs dénoncent, au passage, une certaines duplicité constatée dans le chef de certains éléments de notre armée restés Fidèle à l’ancien régime. Ces éléments égarés et infiltrés auraient reçu comme mission de mettre en échec l’état de Siege et de perpétuer les massacres pour punir le gouvernement actuel qui n’aurait pas respecté les accords signés à Kingakati, des accords dont le contenu reste mystérieux jusqu’à ce jour pour grand  public.

Rappelons qu’en vue de gagner la guerre contre les M23, feu général Bauma et le Colonel Mamadou Ndala, d’illustre mémoire, avaient pris la sage décision de mettre de côté les militaires congolais  d’origine étrangère, ce qui avait eu pour résultat de donner une victoire éclatante aux Fardc. Pour le moment l’important est de savoir si le ver ne s’est pas encore caché dans les fruits. Il faut le détecter impérativement et l’en extraire d’autant que, au lendemain de la victoire des Fardc sur les M23 une grande autorité politique au pouvoir à l’époque déclarait ce qui suit le 27 juillet 2014 à Rutshuru : «  vous vous réjouissez de la victoire sur les M23, sachez que vous allez vivre une guerre plus longue et plus cruelle.» La foule resta éberluée. Quelques semaines plus tard éclatait la guerre de Beni qui a fait tache d’huile jusqu’en Ituri et dans la région de hauts plateaux Minembwe. Il appartient donc au gouvernement et à notre vaillante armée congolaise d’ouvrir l’œil et le bon.

LRP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus