Présidence de la CENI: ECC, CENCO et les « six », quelle honte !

Sélection de la rédaction

Près de deux mois de réunions pour n’aboutir à rien de concret. Des tentatives de conciliation ont toutes échoué. Les confessions religieuses ont démontré qu’elles ne pourraient trouver un consensus, même un tout petit pour désigner, ensemble, le candidat président et un membre de la plénière de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Plus le temps passe, plus leurs positions sont diamétralement opposées, figées, irréconciliables.

D’un côté, la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO, Église catholique) et l’Eglise du Christ au Congo (ECC, protestants) et de l’autre le groupe des six (Églises de réveil du Congo, église kimbanguiste, église orthodoxe, armée du salut, communauté islamique, églises indépendantes).

Escalade verbale

Après avoir échoué à s’entendre à la suite du dernier ultimatum de 72 heures leur accordé par le président de l’Assemblée nationale, les deux groupes s’étripent par médias interposés. Des révélations. Des accusations. Des faits jusque-là cachés sont servis aux journalistes.

Au cours de la semaine écoulée, abbé Donatien Nshole (CENCO) et Pasteur Eric Senga (ECC) n’y sont pas allés par le dos de la cuillère, fustigeant le comportement peu propice au dialogue du groupe des six. Eric Senga a même affirmé que les six représentants du groupe à Dodo Kamba seraient logés depuis plus d’un mois à l’hôtel du fleuve aux frais apparemment d’une institution de l’État. Les porte-parole de la CENCO et de l’ECC ont surtout indiqué qu’ils détenaient les enregistrements des débats des réunions des confessions religieuses au Centre interdiocésain. Des enregistrements qui contiendraient, semble-t-il, des aveux de certains participants aux dites réunions sur la pression qui aurait été exercée sur eux afin de soutenir la candidature proposée par l’église kimbanguiste.

La réaction du groupe à Dodo Kamba n’a pas tardé. Les « six » trouvent inapproprié le fait d’avoir été enregistrés à leur insu, comportement qu’ils jugent répréhensible et pouvant valoir la prison ferme pour leurs auteurs. Les « six » ont en outre stigmatisé la dernière tournée effectuée aux États Unis d’Amérique par le pasteur Éric Senga pour torpiller le processus en cours. Ils demandent rien moins que l’alignement de la minorité au choix porté par eux sur Denis Kadima, dont l’expertise, selon eux, ne peut être contestée. Cette joute verbale ajoute un plus à un dossier dont tous les contours restent flous.

Le temps file

Pendant que les princes des églises s’affrontent par médias interposés, le temps file inexorablement et 2023 s’approche alors que rien n’est fait jusque-là pour que soit respectée l’échéance. Certains estiment que les délais risquent d’être trop courts pour l’organisation d’élections crédibles, transparentes et apaisées. D’autres affirment par contre que rien n’est perdu et qu’il est encore possible d’avoir de bonnes élections dans les délais constitutionnels.

Et les millions ? 

Reste tout de même à savoir si la donne finances est prise en compte par les uns et les autres. Même si les finances du pays ne se portent pas si mal au regard des dégâts causés depuis mars 2020 par la pandémie à Coronavirus, il n’est pas évident de mobiliser 800 millions de dollars à 1 milliard de dollars pour l’organisation des élections. Le seul renouvellement du fichier électoral pourrait coûter jusqu’à 300 millions de dollars. On sait que les élections dans un pays continent de la dimension de la RDC coûtent excessivement cher. On ne sait pas si le pays peut encore se permettre de dépenser plusieurs centaines de millions de dollars pour des élections et sans apport significatif des partenaires bi ou multilatéraux. Le pays l’a fait en 2011 et 2018, mais au détriment des projets de développement.

Alors que fonctionnaires, enseignants, médecins et autres agents de l’État exigent des salaires décents, on ne voit pas comment le même Etat pourrait supporter seul la facture salée des élections. Il semble que c’est une question de souveraineté.

Kumbu Mona

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus