spot_img

Consulter le journal

RDC: Kamerhe pressenti coordonnateur de l’Union sacrée

AccueilPolitiqueRDC: Kamerhe pressenti...

* Libéré le lundi 6 décembre 2021, Vital Kamerhe est déjà pressenti coordonnateur pour piloter l’Union sacrée de la nation (USN)
* Selon certaines indiscrétions, à en croire notre confrère en ligne Ouragan, le président national de l’UNC aura pour mission d’appuyer Félix Tshisekedi et consolider les forces politiques de l’Union sacrée en perspective de la présidentielle de 2023

La libération provisoire le lundi 6 décembre, après avoir passé 20 mois en détention, Vital Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi, né le 4 mars 1959 à Bukavu, a été célébrée lundi soir à Kinshasa, à Goma, Bukavu et dans une certaine mesure à Kisangani, Butembo et dans les différentes représentations fédérales et locales de son parti politique, l’Union pour la nation congolaise (UNC). Motards et automobilistes se sont directement rués sur les principales artères routières de quelques villes du pays pour exprimer leur joie enfin de retrouver leur leader en liberté et surtout qu’ils attendent le voir rebondir illico dans l’arène politique.

L’évènement signale également une nouvelle tournure dans la gestion des affaires politiques sous le leadership de Félix-Antoine Tshisekedi. L’animal politique Vital Kamerhe pourrait être la pièce convenable pour apaiser les quelques tensions perceptibles notamment au sein de l’Union sacrée où la crise de leadership demeure une grande préoccupation. Equiper confortablement l’influence politique du régime Tshisekedi à l’Est où les habitants semblent avoir tourné le dos au pouvoir actuel par manque de réponses rassurantes aux questions récurrentes de l’insécurité et de bien-être collectif.

Faire baisser les velléités de tribalisme de plus en plus décriées dans notre système de gouvernance politique. Proposer des mécanismes d’accompagnement efficient de la nouvelle CENI dont l’action demeure en berne. Mobiliser les populations de l’Est à soutenir massivement les opérations militaires de traque contre les rebelles étrangers (ADF notamment) avec le soutien affirmé des armées toujours contestées en provenance des pays voisins notamment l’Ouganda. Contribuer à la stabilisation des provinces dont les gouvernements provinciaux sont en perpétuelle déliquescence et qui semblent manquer d’interlocuteurs crédibles dans la ceinture politique immédiate du président de la République. Consolider les rapports entre le pouvoir et les deux confessions religieuses (catholique et protestante) non encore suffisamment rassurées par le nouveau leadership de la CENI etc.

L’Union sacrée en danger, il faut vite se ressaisir

Les leaders politiques membres de l’Union sacrée de la nation ne cachent plus leur désarroi de constater qu’en dépit de leur apport remarquable dans le basculement de la majorité parlementaire, la méga-plateforme politique a toujours du mal à fonctionner convenablement. D’une part, les réunions de la structure sont conjoncturelles et opportunistes, et d’autre part, celle-ci (l’Union sacrée) ressemble à une boîte à crabes où tous les coups sont permis. Plusieurs zones de frustration y sont répertoriées depuis les mécontentements liés notamment aux nominations au gouvernement Sama Lukonde ; la répartition des postes à la CENI n’a pas satisfait tous les sociétaires. Raison pour laquelle certains leaders politiques sont tous yeux et oreilles ouverts sur les nominations en cours dans les entreprises publiques et dans la diplomatie de la République. Même la stratégie pour le soutien au candidat Félix Tshisekedi à l’élection présidentielle de 2023 ne parait pas bien articulée à l’interne et plusieurs soutiens disparates s’affichent sans une bonne coordination des acteurs, des forces politiques et des mouvements sociaux favorables à une réélection de Tshisekedi en 2023. D’autres ténors de l’Union sacrée n’arrêtent de dénoncer en coulisses, le manque d’une vision claire, pas de charte qui sert de boussole.

D’autres encore, vont jusqu’à redouter un virage à 180% vers la pensée unique.
Justement, Vital Kamerhe a plusieurs cordes dans son arc pour savoir comment jongler avec les événements, les circonstances, les hommes et les ressources afin de parvenir à l’objectif recherché par leur leader Félix Tshisekedi.

L’Union sacrée est en panne de leadership actif. Même les efforts comptabilisés à l’actif de Jean-Marc Kabund, Modeste Bahati Lukwebo et de Christophe Mboso Nkodia n’ont pas pu véritablement stabiliser le navire. En dépit de leur « bonne volonté » affichée. Leurs charges politiques respectives ne peuvent leur permettre de tout scruter au quotidien et à tout instant. Surtout que certains d’entre-eux s’y prennent très mal jusqu’en à abuser. Ils accusent d’un manque criant de la politique de caresser les partenaires politiques dans le sens du poil, dont nombreux sont venus à l’USN par opportunisme et/ou pour positionnement politique.

Or, la politique, c’est d’abord une question de disponibilité et de réponses immédiates aux improvisations des besoins conjoncturels, saisonniers et même atmosphériques du jeu politique. Selon certaines indiscrétions assez avares d’informations détaillées, le président pourrait donc charger son ancien directeur de cabinet de conduire, innover et révolutionner la structuration politique de la baraque. Les mêmes indiscrétions soulignent que Kamerhe bien que devenu un personnage âgé qui pourrait ne plus donner le meilleur de lui-même pour tout remettre sur les rails, mais il ne demeure pas moins que son étoffe serait inévitablement toujours précieuse et sa volupté politique pour réanimer l’Union sacrée.

Kamerhe, serait-il d’attaque pour 2023 ?

Tout pourrait se jouer entre Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. En effet, le président de la République aurait développé de puissants réseaux pour préparer ses perspectives politiques pour les prochaines années. Tshisekedi est candidat. Il l’a déjà déclaré à Goma. Le travail serait très avancé à l’international pour chercher à s’attaquer présentement aux réalités et défis internes. Le président n’a pas encore sillonné l’ensemble des provinces. Il est donc attendu partout et tout de suite. Arrêté le mercredi 8 avril 2020 au soir, Vital Kamerhe n’a pas cessé de bénéficier de la sympathie de son chef, Félix Tshisekedi. Le jeudi 1er juillet 2021 à Goma, le président avait parlé avec son cœur pour qualifier son collaborateur d’homme encore utile à la nation : « Kamerhe est un homme sérieux et honnête ».

Ces bonnes intentions présidentielles à l’égard de Kamerhe n’arrangent pas forcément tous les caciques de l’actuel régime. Lundi soir et mardi matin, il n’a pas été surprenant de constater que des groupuscules de combattants du parti au pouvoir (Udps) ont manifesté leur colère suite à la libération de Kamerhe.

Ceci explique que le retour de bulldozer politique, le faiseur de roi, ne manquerait pas de gêner certains parmi les membres influents de la cour politique immédiate du chef de l’Etat. Pourtant, il est de notoriété publique que Kamerhe pourrait beaucoup apporter à la machine Tshisekedi aujourd’hui en grandes difficultés.

Il faut le dire, la prison a requinqué politiquement VK d’une nouvelle vitalité politique renforcée par sa victimisation pénitentiaire et les nombreux soutiens générés par chaque épisode de son procès très médiatisé. Kamerhe pourrait vite se reconstituer et se lancer à grande pompe dans de nouvelles enjambées politiques sur le plan national et international. Autant d’atouts qui font de l’homme un acteur majeur dans une grande coordination stratégique de la campagne électorale de Félix Tshisekedi.

Cependant, l’homme a aussi ses défauts. Kamerhe a ses excès qui n’arrangent pas ses concurrents politiques les plus proches. Les observateurs politiques préviennent VK qu’il devrait assainir ses propres ambitions et harmoniser avec son ex-patron Félix Tshisekedi. Car, pour le parti présidentiel, Kamerhe prenait déjà des allures d’un présidentiable inattaquable. Sa famille, ses proches et partenaires devraient comprendre que son heure politique n’a pas encore sonné. Et qu’avec Tshisekedi, il est possible de tout gagner dans l’avenir.

Ouragan/LRP

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Inondations provoquées par la montée des eaux du Lac Tanganyika : Jean-Michel Sama Lukonde échange avec le caucus de Sénateurs de la province du...

Le Premier Ministre sortant, Jean-Michel Sama Lukonde, a reçu en audience mercredi 22 mai 2024, à la Primature, le Caucus de Sénateurs élus du Tanganyika, accompagné du Ministre des Affaires Sociales et Actions Humanitaires. Cette délégation des élus est venue...

Pour avoir été élu président de la Chambre basse du Parlement: Les jeunes leaders promettent un soutien indéfectible à l’honorable Vital Kamerhe

Les jeunes leaders dans le Sud-Kivu promettent un soutien indéfectible à l'honorable Vital Kamerhe, élu président de la Chambre Basse du Parlement de la République Démocratique du Congo. Un mandat qui sera décisif,en ce moment où l'Est du pays...

Assemblée Nationale: 15 ans après sa démission, Vital Kamerhe retrouve son poste du Président de la chambre basse du Parlement congolais

Sans surprise et dans une ambiance bon enfant, Vital Kamerhe a été élu, mercredi 22 Mai, président du bureau définitif de l'Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo. L'élu de Walungu qui était du reste candidat unique à son...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.