spot_img

Consulter le journal

RDC : Félix Tshisekedi déterminé à relancer la MIBA 

AccueiléconomieRDC : Félix...

Le chef de l’État congolais, Félix-Antoine Tshisekedi, se donne le défi de tout mettre en œuvre pour redorer l’image de la Minière de Bakwanga (MIBA) qui fut autrefois l’un des fleurons de l’économie nationale.

En séjour à Mbuji-Mayi, le président Tshisekedi l’a fait savoir, le vendredi le 24 décembre 2022, lors d’un meeting populaire.

La MIBA, qui faisait vivre plus de 40 000 personnes, employés et leurs dépendants, a du mal à tourner à plein régime.

À ce jour, les salaires accusent plusieurs mois d’arriérés, d’après des témoignages anonymes des agents et cadres de cette entreprise publique.

Ceux qui ont atteint l’âge de la retraite partent sans toucher à leur décompte final.

Dans ces conditions, il est difficile d’espérer une production pouvant permettre à la MIBA de jouer réellement son rôle dans la production des diamants.

Face au peuple de Mbuji-Mayi, Félix Tshisekedi a dit avoir entendu les plaintes de la population kasaïenne et a promis d’y apporter des solutions idoines pour redorer l’image de cette entreprise.

« J’ai suivi vos pleurs, vous pleurez pour les souffrances, vous pleurez pour la faim, vous pleurez pour la MIBA, vous pleurez pour l’électricité, vous pleurez pour l’eau. J’ai suivi tout ça. Je suis venu vous dire que j’ai suivi le problème de la MIBA. Je vous promets que nous allons relancer la MIBA. Notre MIBA sera relancée parce que la MIBA a encore des richesses. Les personnes de mauvaise volonté avaient ravi cette richesse pour créer la société chinoise qu’on appelle SACIM », a dit Félix Tshisekedi

Le président de la République a ainsi fustigé le comportement de ceux qui ont détruit à néant cette société qui était le poumon de l’économie kasaïenne.

Le vœu de Félix Tshisekedi de redorer l’image de cette entreprise a déjà fait l’objet de plusieurs discussions entre le gouvernement et le Comité de gestion de cette entreprise étatique.

Signalons qu’en 2010, le gouvernement Joseph Kabila avait même décaissé un montant global de 10 millions de dollars américains pour relancer la production de cette entreprise. Mais cette somme n’a pas servi à grand-chose car le besoin est beaucoup plus énorme que les fonds injectés. A son arrivée au pouvoir, Félix Tshisekedi a tenté la même expérience en accordant 5 millions de dollars à la MIBA. C’était une autre goutte d’eau dans l’océan.

C’est depuis plusieurs années que la Minière de Bakwanga (MIBA), société congolaise de production des diamants industriel et de joaillerie cherche désespérément à se relancer à travers de nouveaux financements pour renouveler son outil de travail, payer le personnel et lancer la production du diamant.

Alors que cette entreprise était proche de réaliser une belle opération de lever des fonds pour sa relance, une mauvaise planification du projet de redressement de celle-ci par la Direction générale en place était évoquée comme cause principale du non décaissement des fonds de 40 millions de dollars américains par la FBN Bank.

D’après le dernier rapport de cette société, la production mensuelle de la MIBA est estimée à près de 30 000 carats de diamant, a déclaré Paulin Lukusa Mudiayi, Directeur général intérimaire de cette entreprise de l’Etat.

Créée en décembre 1961 et détenue à 80% par l’État congolais et à 20% par la Sibeka, société de droit belge, cette entreprise installée à Mbuji-Mayi, dans la province du Kasaï Oriental (centre) peut se targuer d’avoir été l’une des grandes sociétés contributrices à l’économie nationale ». Pendant la guerre d’agression de 1998, sous la direction de Jean-Charles Okoto Lolakombe, la Minière de Bakwanga a été presque la seule à contribuer à l’effort de guerre.

Surnommée « capitale mondiale du diamant », Mbuji-Mayi, ville construite par la MIBA, a perdu de son éclat d’autrefois, à mesure que baissaient inexorablement les activités de l’entreprise minée par la mauvaise gestion, le délabrement de ses installations, les détournements et le pillage des ressources, notamment durant les guerres intervenues entre 1997 et 2003.

ZoomEco/LRP

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Kinshasa : La résidence de Vital Kamerhe attaquée par des hommes lourdement armés en tenue des FARDC

La résidence de l'honorable Vital Kamerhe, située dans la commune de la Gombe, a été attaquée cette nuit par une vingtaine d’hommes en tenue militaire « utilisant des drones », selon des sources. Des sources indiquent que le commando a...

Bureau définitif de l’A.N: F. TSHISEKEDI recommande que la liste soit revue et corrigée en tenant compte de la représentativité de la Grande Orientale

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, vendredi à la Cité de l’Union africaine, avec 406 députés nationaux et une quarantaine des chefs de regroupements politiques de l’Union sacrée de la nation (USN) qui constituent...

Kinshasa: Plusieurs décès et dégâts matériels dans un accident de circulation au niveau de l’aéroport international de N’djili

Un accident de circulation routière s'est produit le jeudi 16 mai 2024 à Kinshasa, capitale de la République de la République Démocratique du Congo. Le drame ayant occasionné plusieurs pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables avait eu...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.