RDC: La FAO et le ministère de Pêche et Elevage lancent la 3ème cohorte de formation des épidémiologistes de terrain

spot_imgspot_imgspot_imgspot_img

« Conscient de l’importance des épidémiologistes dans le système de santé, la FAO prévoit de poursuivre son appui au Ministère de Pêche et Elevage pour combler le gap en épidémiologistes vétérinaires relevé par les différentes évaluations dont a bénéficié la RDC (notamment les évaluations PVS, SET et JEE). C’est pourquoi, la FAO en collaboration avec le Ministère de Pêche et Elevage, organise une troisième cohorte de formation du Programme ISAVET Frontline », a fait savoir Dr Marcel Boka, Chef d’Equipe ECTAD-FAO/RDC (Centre d’Urgence pour la Lutte contre les Maladies Animales Transfrontalières), au cours de la cérémonie d’ouverture du séminaire résidentiel de formation des professionnels vétérinaires en épidémiologie (Programme de formation ISAVET-Frontline) qui s’est déroulée lundi 14 février 2022 au Centre Eucharistique Pierre Julien Eymard à Kinshasa Mont-Ngafula.

C’est le secrétaire général à la Pêche et Elevage, Ezéchiel Mahamba qui a présidé cette activité en lieu et place de son ministre empêché, en présence de Mme la Conseillère GHSA à l’USAID (programme d’appui au Plan d’Action de Sécurité Sanitaire Mondiale).

Pour Dr Marcel Boka, cette formation se poursuivra jusqu’au 5 mars 2022 (Phase théorique) et permettra de former 15 professionnels vétérinaires du secteur privé et des ministères en charge de l’élevage et  de l’environnement.

Elle va se dérouler en mode résidentiel avec l’intervention de formateurs nationaux de la FAO, du Ministère de Pêche et de l’Elevage, de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et des formateurs internationaux par visioconférence, avec au total 36 leçons qui seront dispensées en alternance avec des études pratiques de cas.

Renforcer les capacités des vétérinaires

Il a rappelé que ce programme de formation développé par la FAO, a pour objectif principal de renforcer les capacités des professionnels vétérinaires à tous les niveaux de la pyramide sanitaire, afin d’assurer la prévention, le rapportage, la détection et la réponse aux zoonoses et aux maladies spécifiques animales y compris les maladies transfrontalières, endémiques, émergentes, et ré-émergentes en collaboration avec d’autres secteurs de la santé.

La formation ISAVET a-t-il poursuivi, est conduite dans le cadre du programme d’appui au Plan d’Action de Sécurité Sanitaire Mondiale (GHSA) mis en œuvre par le Centre d’Urgence pour la Lutte contre les Maladies Animales Transfrontalières (ECTAD) et financé par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International (USAID). Elle contribue à la mise en œuvre du Règlement sanitaire international (2005) et des recommandations des différentes évaluations du système de santé, qui est un indicateur clé parmi les actions spécifiques du GHSA.

Selon Marcel Boka, le programme de formation ISAVET Frontline en RDC est sous la tutelle du Ministère de Pêche et Elevage avec un Point focal national représenté par le Secrétaire Général dudit ministère et un Coordonnateur national ISAVET, tous deux désignés pour aider à sa mise en œuvre et sa durabilité.

Une formation théorique et pratique

Le programme de formation ISAVET comprend une phase théorique de trois (3) semaines, suivie d’une (1) semaine de travaux pratiques, afin d’amener les apprenants à appliquer les cours reçus. Au terme de cette première phase de formation en mode résidentiel, chaque apprenant sera appelé à réaliser un stage de 3 mois dans sa localité respective d’exercice sous la supervision d’un encadreur désigné sous le terme de mentor.

Il sera alors chargé de collecter et d’analyser les données de surveillance et de produire sous la supervision de leurs mentors respectifs, plusieurs livrables notamment, douze (12) rapports de surveillance hebdomadaire ;  trois (3) rapports d’audit de la qualité du système de surveillance et un (1) rapport d’investigation épidémiologique ou d’étude de problème. Cette formation ISAVET est sanctionnée au finish, par la délivrance d’une attestation à chaque stagiaire ayant réussi aux différentes évaluations y compris la défense des rapports de stage.

Dr Boka a remercié le Gouvernement congolais et l’USAID en Afrique, pour leur soutien dans l’organisation de cette formation indispensable.

Peu avant de lancer les travaux de cette troisième de formation ISAVET, le Secrétaire général à la Pêche et Elevage, Ezéchiel Mahamba a au nom de son ministre empêché, lancé les sentiments du gouvernement de la république à la FAO pour son appui au renforcement des capacités en épidémiologie de terrain, des professionnels du secteur de la santé animale et environnementale, un des objectifs pour la sécurité sanitaire mondiale appuyé l’USAID.

Pour le Sg à la Pêche et Elevage, l’objectif de cette formation est de fournir une formation des services au ministère en charge de la Santé animale à travers la formation des vétérinaires et épidémiologistes de terrain, pour la détection de rapportage et la riposte aux zoonoses et aux maladies spécifiques animales, qui conduisent les maladies transfrontalière, endémiques, émergentes et réémergences, en collaboration avec d’autres secteurs de la santé.

En Afrique dit-il, le programme de formation en épidémiologie de terrain, est principalement destinée aux médecins, avec le financement et le soutien technique du Centre des Etats Unis pour la prévention et le contrôle des maladies.

Il a saisi l’occasion pour réitérer ses remerciements à la FAO et à l’USAID, pour leur appui important et continue, particulièrement pour la création du programme de formation ISAVET. Car dit-il, les maladies animales y compris les zoonoses, font partie des contraintes majeures qui freinent le développement de l’élevage en RDC. D’où, la mise en place d’un système de surveillance et de riposte efficace, est un passage obligé pour faire face au contrôle sanitaire et prévenir la santé des populations.

Ce défi poursuit-il, ne peut malheureusement être relevé, sans ressources humaines suffisantes et bien formées. « C’est pourquoi, le ministère de Pêche et Elevage, accorde un grand intérêt au renforcement des capacités de ses partenaires de façon générale, particulièrement à la formation des épidémiologistes vétérinaires, qui sont indispensables pour la prévention et la gestion des épidémies souvent très meurtrières », a dit le Secrétaire général à la Pêche, invitant les apprenants à suivre avec beaucoup d’attention cette formation et d’appliquer sur le terrain, tous les enseignements reçus, pour la performance de leurs services respectifs et le développement du secteur de l’élevage en RDC ainsi que la préservation de la santé des populations.

Il a émis le vœu de voir la FAO et l’USAID poursuivre avec la formation ISAVET, afin de combler l’important gap en ressources humaines spécialisées en épidémiologie vétérinaire tant au niveau central que dans les provinces.

Rappel

Il faut noter que, au cours de cette cérémonie de lancement de cette troisième cohorte de formation, les lauréats de la deuxième cohorte ont reçus leurs brevets de formation. Le représentant des finalistes a reconnu que, avant leur formation, le système d’épidémiosurveillance était mal connu dans l’exercice de la profession vétérinaire. C’est ainsi qu’ils ont découvert pendant leur formation, des connaissances appropriées sur la détection des épizooties, la collecte des données, leur interprétation, leurs analyses et leurs évaluation, avant de poursuivre un stage de trois mois sur terrain, lequel leur a permis d’approfondir leurs connaissances à travers la présentation d’un rapport de stage.

En raison de toutes les connaissances acquises, il a remercié au nom de tous ses collègues, le gouvernement de la RDC qui s’est investi dans cette formation des épidémiologistes de terrain, en vue de lutter contre les zoonoses. Il a adressé les mêmes remerciements à l’USAID et la FAO pour leur appui technique et financier.

Pour rappel, c’est depuis novembre 2020 que la première cohorte du Programme de formation des professionnels vétérinaires en épidémiologie de terrain – ISAVET (In Service Applied veterinary Epidemiology Training en Anglais) a été lancée. Cette activité avait abouti à la formation de 24 professionnels vétérinaires, provenant des services centraux (ministères de Pêche et Elevage et de l’Environnement) et de 13 Provinces.

La deuxième cohorte ISAVET a été organisée 6 mois après, soit à la fin du mois de mai 2021, avec la formation de plus de 15 professionnels vétérinaires de 13 provinces non couvertes par la première cohorte (Bas-Uélé, Haut Lomami, Haut-Uélé, Kasaï central, Lomami, Lualaba, Maindombe, Maniema, Mongala, Equateur, Tshopo, Nord Ubangi, Tanganyika, Kasaï et du Kasaï oriental).

Au total, la formation ISAVET a permis de former à ce jour, 39 professionnels vétérinaires des services centraux et des 26 provinces du pays.

José Wakadila

Entrer en contact

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Article recent

spot_img

A la Une