Tshopo : l’exploitation minière à Basoko, un casse-tête pour la population locale

Sélection de la rédaction

Le jeudi 09 Mars dernier, un évènement inhabituel avait eu lieu dans le territoire de Basoko, une cité Tshopolaise située à plus ou moins 285 kilomètres de Kisangani en aval du fleuve Congo. En effet, la société civile forces vives de Basoko et le Réseau d’information et d’appui aux ONGs nationales RIAD/ RDC avaient organisé une marche de protestation contre l’exploitation minière dans le territoire de Basoko par deux sociétés chinoises : Xiang Jiang Mining et Fodeco.

Dans leur mémorandum adressé à l’administrateur du territoire, les marcheurs faisaient état d’aucun résultat positif en dépit de leurs pourparlers avec les sociétés concernées pour un véritable paternariat gagnant- gagnant, et ce, au regard des prescrits de la loi en vigueur en République Démocratique du Congo en matière d’exploitation minière et forestière.

En outre, les auteurs de ce memorandum s’en prennent aux autorités provinciales qui auraient mis en mal l’intérêt national au détriment des sociétés chinoises. Et d’ajouter que cette exploitation qui serait illicite aurait une incidence sanitaire sur la vie des populations riveraines. Notamment l’apparition des maladies hydriques ayant déjà des victimes. Elle serait à la base de la disparition spontanée de certaines espèces de poissons très prisées par la population locale.

Vu le désastre que suscite cette exploitation chinoise, Madame la Ministre de l’environnement Ève Bazaiba Masudi, avait déjà interdit toute activité de ces sociétés jusqu’à exiger à ces dernières de retirer leurs dragues. Une décision qui aurait été tout simplement foulée au pied par les chinois.

La population de Basoko se réserve ainsi le droit d’organiser toutes sortes d’activités pacifiques jusqu’à obtenir gain de cause.

Affaire à suivre ! Qui vivra verra dit-on !

Philippe Dephill Lipo

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus