Gestion de la FECOFA: la CAF rappelle le ministre des sports à l’ordre !

Sélection de la rédaction

La Confédération Africaine de Football (CAF) a rappellé à l’ordre le Ministre des sports concernant la gestion courante de la Fédération Congolaise de Football Association (FECOFA). Une mise au point que la CAF s’est vue dans l’obligation de faire au regard des rapports que la délégation de la CAF avait reçu des sources congolaises lors de son séjour à Kinshasa à l’occasion de la finale du championnat scolaire organisée par la République Démocratique du Congo et remportée par elle.

Dans une aimable correspondance adressée directement au Ministre des sports, Serge Nkhonde signée en date du 12 Mars 2022 et signée par son secrétaire générale, Madame Véron Mosengo Omba, la CAF exhorte le gouvernement congolais à l’observation scrupuleuse des réglementations FIFA et CAF. Celles-ci prévoient et imposent toutes deux le respect strict de l’autonomie dont jouit la FECOFA en tant que leur association membre.

D’une manière convenable, la CAF exhorte le ministère de tutelle particulièrement à s’abstenir de toute activité dans le domaine de football relevant des prérogatives de la FECOFA, et susceptible d’être comme une interférence à sa gestion courante.

Pour Madame Mosengo Omba, les hommes nommés ou élus par ces deux instances faîtières de football doivent gérer les associations sans interférence de la part des tierces personnes, et ce conformément à leurs statuts respectifs. Et de renchérir que ladite autonomie se matérialise entre autres par la gestion des équipes nationales de football, le recrutement et la gestion du staff technique, de l’organisation des activités de l’équipe, des droits d’images afférents à l’équipe ( sponsoring), l’inscription aux différentes compétitions, des instances faîtières et de la compétence exclusive de l’association membre.

Tout en encourageant une collaboration étroite entre le gouvernement congolais et la FECOFA, Véron Mosengo Omba insiste cependant sur le fait que l’exécutif congolais doivent être attentif en respectant l’organisation et les statuts de ces deux instances faîtières de football à l’échelle africaine et mondiale.

Néanmoins, la secrétaire générale de la CAF a souligné le fait que l’autonomie jouie par la FECOFA ne préserve pas cette dernière de tout contrôle de gestion. La FIFA et tout le gouvernement congolais ont tous le droit de la contrôler et auditer pour ce qui est des fonds mis à sa disposition concernant le football.

Quoi qu’il en soit, la CAF loue l’excellence des relations qui existent entre la République Démocratique du Congo et elle grâce aux gros efforts du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Et d’ajouter que le ministère des sports doit continuer de collaborer avec la FECOFA, ce qui favorise à coup sûr le développement du football et permet de réaliser de beaux projets.

Philippe Dephill Lipo

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus