Equateur: La VSV condamne la restriction récurrente de l’espace politique par le gouverneur de province

Sélection de la rédaction

Dans un communiqué remis à la presse, la Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) se dit vivement préoccupée par la restriction de l’espace politique par le gouverneur de la province de l’Equateur M. Bienvenu Boloko Bolumbu.

Le cas récent est l’interdiction qui aurait été faite aux vendeurs d’essence communément appelés « Kadafi », de vendre de l’essence aux motocyclistes (Wewa) qui devraient se rendre à l’aéroport national de Mbandaka, samedi 09 avril 2022, pour accueillir M. Martin Fayulu Madidi, président du parti politique de l’opposition Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (Ecidé) et Coordonnateur sortant de la plate-forme LAMUKA, en tournée dans la province de cette partie du pays. Selon la VSV, cet état des choses a occasionné ainsi une pénurie de l’essence et la hausse du prix de la course par moto dans la ville de Mbandaka.

Le communiqué poursuit que, avant l’arrivée de M. Martin Fayulu Madidi, le gouverneur de la province de l’Equateur aurait également demandé au Commissaire Provincial a.i de la Police Nationale Congolaise (PNC), d’interdire l’accueil du président de l’Ecidé et Coordonnateur sortant de LAMUKA, à Mbandaka où il avait prévu de tenir un meeting populaire.

De même, une forte pression aurait été exercée par le gouverneur de l’Equateur sur les propriétaires de gros camions loués par les militants et partisans de M. Martin Fayulu, de refuser de transporter ces derniers pour accueillir leur leader.

Il convient de signaler qu’après avoir tenu le meeting populaire à Mbandaka, M. Martin Fayulu et son cortège ont décidé de se rendre dans le territoire de Bikoro, dimanche 10 avril 2022, afin de poursuivre la tournée politique. Chemin faisant, ils ont été surpris de constater qu’un pont situé dans le secteur de Zelanga, sur l’axe Mbandaka-Bikoro, a été détruit et démonté par des jeunes gens qui auraient reçu des instructions des autorités locales sur ordre du gouverneur de la province de l’Equateur, dans l’objectif d’empêcher M. Martin Fayulu d’atteindre le territoire de Bikoro-Centre, localité située à 128 km au Sud-Ouest de Mbandaka. « Cette situation a bloqué l’avancée du cortège de M. Martin Fayulu qui a été contraint de rebrousser chemin vers Mbandaka le même jour », peut-on lire dans le communiqué.

Un gouverneur récidiviste

Sur un autre volet, le communiqué de la VSV rappelle également qu’entre 2021 et 2022, le gouverneur de l’Equateur M. Bienvenu Boloko, s’est distingué par des actes d’intolérance politique et des violations des droits humains caractérisés par les brutalités suivies d’interpellations et arrestations arbitraires des journalistes, défenseurs des droits humains et activistes pro-démocratie, députés provinciaux, manifestants pacifiques sans que le gouvernement congolais ne l’interpelle sur ces faits.

Pour la VSV, toute restriction de l’espace politique à travers entre autres la restriction de la liberté des manifestations pacifiques et de la liberté de circulation ne constituent pas moins, une violation des droits humains garantis par la Constitution de la RD Congo et les instruments juridiques régionaux et internationaux, relatifs aux droits humains.

Eu égard à ce qui précède, la VSV invite les autorités congolaises à:

  • Diligenter une enquête urgente pour rechercher les personnes ayant détruit et démonté les planches du pont sis secteur Zelanga sur l’axe Mbandaka-Bikoro empêchant ainsi toute circulation des personnes et de leurs biens ;
  • Mettre un terme à l’instrumentalisation des jeunes pour des intérêts partisans ;
  • Respecter le droit de manifester pacifiquement et la liberté de circuler librement garantis par la Constitution de la RDCongo et les instruments régionaux et internationaux relatifs aux droits humains.

José Wakadila

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus