Grâce à la FAO: 30 ingénieurs agro-vétérinaires outillés sur les techniques de conduite des pépinières et les bases de la plantation d’arbres

Sélection de la rédaction

Trente (30) ingénieurs agronomes et vétérinaires provenant des différents instituts agronomiques et vétérinaires de la ville-province de Kinshasa, viennent d’être outillés sur les techniques de conduite des pépinières et les bases de la plantation d’arbres, et ce, en rapport avec le programme « Jardin scolaire 1 milliard d’arbres horizon 2023 ».

Cette formation qui s’est déroulée du 7 au 12 avril à la Ferme Ecole de Nkandu/Papa Kivua situé non loin de la cité de Kisantu au Kongo central, a été rendu possible par la FAO, à travers son projet « Promotion de l’arbre pour la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement », supervisé par M. Junior Elofa.

Après quatre jours des séances théoriques sur les techniques de création d’une pépinière et la conduite de celle-ci, les apprenants ont été conviés au Centre agro-écologique intégré du village Nkandu situé à 7 Km, pour des séances pratiques. On y trouve plusieurs activités intégrée (étangs piscicoles avec l’élevage des canards, des porcs, des poules ; les cultures des bananes, les arbres fruitiers, les champs de manioc, les palmiers nains, la riziculture et la production des semences de riz et de l’azola, une plante aquatique utilisée non seulement pour la nutrition du bétail, mais aussi comme fertilisant).

Sur place, ces agro-vétérinaires ont planté à titre d’exercice sanctionnant leur formation, près de 50 plants, soit près de deux plants par personne, lesquels germeront des arbres fruitiers dans un proche avenir.

A cette occasion, l’expert national Clément Tenge-Tenge qui a assuré la formation avec le concours de son adjoint Damien Simba, a félicité le responsable de cette ferme, pour avoir matérialisé la vision de l’agriculture durable, de protection et de conservation. C’est une forme de gestion intégrée a-t-il dit, pour la simple raison que tout est conservé. « La fiente des poules est récupérée pour fertiliser les étangs piscicoles ainsi que les déchets des porcs qui servent à fertiliser les cultures. Comme pour dire que rien n’est jeté ».

Le Coordonnateur de la Ferme Ecole de Nkandu et du Centre agro-écologique intégré du même village, Papa Albert Kivua Simpi, a rendu grâce à Dieu, avant de remercier la FAO pour la la marque de confiance. Car a-t-il rappelé, cette ferme était en partenariat avec cet organisme du système des Nations Unies à partir de 1993 jusqu’en 2003, à travers l’approche de la Ferme Ecole ainsi que la vulgarisation avec le SNV (Service national de vulgarisation).

Pour lui, la tenue de cet atelier au sein de la Ferme Ecole est une reprise de coopération avec la FAO. « Car organiser une telle activité dans un domaine où nous avons la vocation d’accompagner l’environnement, de planter des arbres, de former les enseignants sur l’économie intégrée, constitue pour nous une fierté surtout que les agronomes viennent de plusieurs instituts agronomiques agricoles », a-t-il indiqué.    

Une véritable Ferme Ecole

Agronome de formation, Albert Kivua dit avoir mis les capacités que Dieu lui a données, au service des autres. Bien sûr sans s’oublier soi-même. C’est depuis 1988 que l’idée de s’engager dans cette aventure lui est venue en tête. Et parmi les acquis de sa Ferme Ecole, plus de 10.000 ingénieurs formés dont près de 300 se retrouvent dans le monde de l’emploi. Bref, tous ceux qui y ont été formé sont utiles dans la société, affirme-t-il.

Parmi les spécificités du Centre agro-écologique intégré, Papa Kivua explique que ce lieu permet de rentabiliser tout ce qui se trouve tout autour de l’homme, et où chaque activité profite à l’autre. Comme pour dire, une sorte d’intégration qui permet de maximiser les charges et minimiser les coûts d’intégration. « Nous n’utilisons pas des engrais chimiques. Au contraire, nous valorisons tout ce que Dieu nous adonné », a-t-il conclu.

L’un des bénéficiaires de cette formation, M. Lewu Musiana Vincent, enseignant à l’ITA/Mombele (Institut technique agronomique de Mombele) dans la commune de Limete, a manifesté sons satisfecit pour avoir été formé dans les techniques de la promotion de l’arbre pour la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement. 

Il a remercié la FAO pour avoir mis à leur disposition, des facilitateurs dignes et outillés. « Aujourd’hui, chacun de nous est capable non seulement de créer une pépinière et la conduire, mais aussi inculquer les enseignements reçus auprès des autres. Ce que la FAO vient de faire, c’est pour l’intérêt du gouvernement, puisque hier, beaucoup d’entre nous n’avaient pas ces techniques, mais aujourd’hui, nous sommes bien outillés. Ce n’est donc pas au profit de la FAO, mais plutôt de la RDC du fait que nous sommes devenus des formateurs pour les autres », a-t-il dit.

Au finish, Mme Alice Apendeki Bakita, Chef de Division promotion et valorisation des centres agricoles (DICA) au Ministère de l’Agriculture, a réitéré son vœu de voir les apprenants aimer l’arbre. C’est à travers eux que beaucoup des congolais vont manifester leur amour vers l’arbre, pour la sécurité alimentaire et la protection de l’environnement dans notre pays.

José Wakadila

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus