Assemblée Nationale: Sur une chaise éjectable, Mboso N’kodia panique et centralise la réception des courriers !

Sélection de la rédaction

Visé par une pétition initiée par le député Papy Niango, le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso N’kodia Puanga centralise du coup la gestion des courriers de cette chambre basse.

Dans un « communiqué de service » rendu public le lundi 18 avril 2022 et signé par Samuel Mbemba Kabuya, directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso N’Kodia Puanga, il est écrit : « l’Honorable Président de l’Assemblée nationale me charge de vous informer qu’à partir de ce lundi 18 avril 2022 (et ce jusqu’à nouvel ordre), la réception des courriers pour toute l’Assemblée nationale, y compris le Secrétariat général, est centralisée au 3ème étage. Une réunion de clarification entre le directeur de cabinet et tous les chefs de cabinets aura lieu demain à 09h30’ dans la salle de Conférences des présidents ».

Désormais, à partir de ce lundi 18 avril, jusqu’à nouvel ordre, la réception des courriers pour toute l’Assemblée nationale, y compris le Secrétariat général, est centralisée au 3ème étage.

Certains analystes politiques estiment que cette décision qui tombe comme un cheveu dans la soupe expose la panique et la peur du speaker de l’Assemblée nationale. « Il se sent déjà sur une chaise éjectable à cause de son incompétence », pensent-ils.

Papy Niango : « Je ne reculerai pas »

Pour le député national Papy Niango Mushenvula, « déchoir le président Mboso ou l’amener à démissionner serait un salut pour notre institution. À ce jour, nous avons récolté déjà 132 signatures, l’objectif est d’atteindre plus de 250 signataires », dit le député Papy Niango.

 » Je ne reculerai pas ». Cette mesure est prise « par peur de recevoir la signification de la pétition contre Mboso, mis en cause par ses pairs députés, notamment pour gabegie ».

D’un ton ferme, l’élu du Bandundu dénonce cette attitude « consistant à nous faire croire que Mboso, élu de Kenge, peut arriver à mâter les députés nationaux, à les clochardiser à sa solde. Nous refusons de croire que Mboso est inamovible, et que le salut de la République doit passer par lui ».

Entre temps, les pétitionnaires ont saisi l’huissier de justice pour contraindre l’administration Mboso à recevoir leur correspondance.

Pour rappel, 162 signatures sont déjà réunies, sur initiative du député national Papy Niango, pour obtenir le départ du perchoir du président de la Chambre basse, Christophe Mboso.

LRP

- Advertisement -spot_img

Les plus lus