Pour annoncer les couleurs du festival international de Masimanimba: L’Ong Congrès Masi-monde organise une soirée dénommée « la nuit du Festimas » au Cristal de la Fikin

Sélection de la rédaction

Les organisateurs organisent Le territoire de Masi-manimba situé dans la province du Kwilu, vibrera du 06 au 09 juillet 2022, au rythme de la première édition du Festival international de Masi-manimba (Festimas Ngom’etu), une activité organisée par l’Ong Congrès Masi-monde sous le thème : « Masi centenaire : cap vers le renouveau ».

Pour donner le goût à cette grande fête internationale de musique traditionnelle et annoncer les couleurs, les organisateurs ont initié une soirée dénommée « La nuit du Festimas », laquelle a regroupé les filles et fils de cette contrée samedi 28 mai à l’espace Le Cristal de la Foire internationale de Kinshasa (Fikin) dans la commune de Limete.

A cette occasion, la deuxième vice-présidente du comité exécutif du Congrès Masi-monde, Mme Nankwaya Moseka, a rappelé que la tenue du Festimas Ngom’etu est parti d’un constat amer qui a démontré que rien ne marche à Masi-manimba. D’où l’obligation morale, divine et citoyenne qui incombe aux filles et fils de ce territoire, de répondre à un intérêt qui a une portée générale.

Elle a saisi l’occasion pour rappeler que, Masi-manimba est un paradis à travers sa position de premier territoire de la province du Kwilu, situé sur la nationale n°2, où n’y trouvent des terres arables, des eaux poissonneuses avec une chute plus puissante que celle de Kakobola ainsi qu’un paysage qui fait bon vivre. Toutes ces opportunités dit-elle, ne peuvent pas être laissées sans initiatives. Aussi pense-t-elle qu’il est temps de se prendre en charge, en lieu et place d’attendre les promesses sans lendemains.

C’est donc pour toutes ces raisons explique Mme Nankwaya, qu’il était impérieux d’associer les filles et fils de Masi à une réflexion qui consiste à recréer un vouloir vivre ensemble, afin de regarder dans la même direction. « Chez nous, le téléphone et la radio étaient inimaginables. C’est plutôt le tam-tam qui expliquait un événement de joie ou de malheur. D’où l’initiative du projet de la 1ère édition du Festimas Ngom’etu, pour inviter les filles et fils de Masi-manimba, au partage et à la discussion face aux enjeux de l’heure », souligne-t-elle.

Plus loin, Mme Nankwaya reste d’avis que, le vrai développement durable et intégral de la RDC, partirait des petites entités et pourront embrasser l’ensemble de la république. Masi-manimba étant intimement lié à Bulungu, Bagata, Gungu et Kenge, les effets de son développement auront des effets positifs et bénéficieraient à l’ensemble des autres territoires. « Le temps est venu de prendre rendez-vous avec l’histoire à Masi-manimba (…). Nous voulons être parmi les premiers dans l’accompagnement du projet de développement de 145 territoires, le temps des discours étant révolu », a souligné la deuxième vice-présidente du Congrès Masi-monde, avant d’inviter toutes les personnes intéressées, à se rendre à Masi-manimba pour assister au Festimas Ngom’etu couplé au centenaire de ce territoire, berceau de la rumba congolaise.

Partager le discours de l’unité

A son tour, M. Armand Buka, directeur général du Festimas Ngom’etu, a rappelé que cette activité est un projet du Congrès Masi-monde, une Ong laïque et apolitique de droit congolais sans but lucratif, qui prône le développement durable et intégral du territoire de Masi-manimba, en mettant ensemble non seulement les filles et fils de cette contrée, mais également tous ceux qui considèrent Masi-manimba comme leur propre terre.

Soulignant l’importance du Festimas, Armand Buka renseigne que cette fête ne sera pas seulement centrée sur les danses. « C’est un appel, mieux un tam-tam qui devra retentir pour rappeler les filles et fils de Masi, afin de partager un discours de l’unité, un discours qui devrait nous amener vers le développement, qui comme vous le savez, ne s’exporte pas, mais est un processus endogène qui part de l’intérieur vers l’extérieur ».

Remerciant davantage l’assistance et tous ceux qui accompagne ce projet en termes des partenariats, Armand Buka a réitéré son appel à toutes les personnes de bonne volonté, pour des lobbyings auprès des annonceurs, des ambassades et aux personnes qui souhaitent apporter leur pierre à cet édifice, mieux ce rendez-vous qui retiendra les participants du 06 au 09 juillet 2022 à Masi-manimba, afin que la deuxième édition soit plus meilleure que la première.

A noter aussi que la 1ère édition du Festimas Ngom’etu sera parrainée par Mme Déborah, Israélienne de son état, et ambassadrice de bonne volonté de l’Etat hébreux auprès du monde chrétien. Quelques pays ont déjà confirmé leur participation. Il s’agit de l’Ile Maurice, l’Allemagne, le Congo Brazzaville…

José Wakadila

- Advertisement -spot_img

Les plus lus