Nord-Kivu : interdiction formelle de manifestations publiques

Sélection de la rédaction

Pendant que des actions s’intensifient à Goma, Beni et Butembo pour exiger le retrait de la force Onusienne, toutes manifestations sur la place publique sont maintenant interdites sur l’étendue de la province du Nord-Kivu.

C’est le gouverneur militaire de cette province, le lieutenant général Costant Ndima kogba qui l’a déclaré dans un communiqué rendu public mardi 26 juillet 2022.

Pour le numéro 1 du gouvernement provincial, cette décision est prise suite aux actes de pillage, de vandalisme, de destruction méchante et l’atteinte aux propriétés publiques et privées provoqués lundi et mardi lors des manifestations anti Monusco dans les villes de Goma, Beni et Butembo.

« Tout en comprenant le ras-le-bol, l’exaspération et le niveau de déception de la population, je juge intolérables et inacceptables les dérapages enregistrés par ci par là sur le terrain ainsi que la récupération de la situation par les pêcheurs en eaux troubles avec comme conséquences des pertes des matériels et en vies humaines et des blessés parmi les populations civiles, les militaires, les policiers ainsi que les casques bleus. Face à cette situation très préoccupante et inquiétante qui doit vite être maîtrisée, je joins la police nationale congolaise et les autres forces de sécurité de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour interdire toutes les manifestations sur la voie publique, rétablir l’ordre immédiat et remettre les choses dans le droit », peut-on lire dans ce communiqué.

Pour rappel, le bilan provisoire des manifestations anti-Monusco fait état de 60 blessés, et 15 morts dont 3 casques bleus, selon Patrick Muyaya, porte-parole du gouvernement Central.

El Bagalwa/Goma

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus