Félix Tshisekedi et Bruno Aubert échangent sur la situation sécuritaire dans le pays et la place de la Monusco

Sélection de la rédaction

Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, le samedi 6 août à la cité de l’Union africaine, avec l’ambassadeur de France en République Démocratique du Congo, M. Bruno Aubert sur la situation sécuritaire à l’Est du pays et la place de la Monusco en RDC.

Évoquant le récent rapport des experts de l’ONU qui confirme l’agression militaire du Rwanda contre la RDC, le diplomate français estime que ces faits doivent permettre au processus diplomatique de renforcer le rôle de l’ONU comme facilitatrice entre les parties en conflit.

La France, en tant que l’un des cinq pays membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies a un rôle déterminant à jouer dans le processus de redéfinition du mandat de la Monusco.

Pour les Congolais qui s’étonnent d’une sorte de duplicité à laquelle se livre la France dans les questions sécuritaires en RDC, attendent voir le pays d’Emmanuel Macron tirer les conséquences du rapport des experts de l’ONU sur l’agression rwandaise en sanctionnant le Rwanda, pays incriminé.

La dernière résolution du Conseil de sécurité des Nations unies sur l’achet d’armes par la RDC, une résolution portée curieusement par la France, est considérée par les Congolais comme une trahison d’un pays partenaire avec lequel la RDC partage la langue officielle.

Comme l’a si bien souligné le chef de la diplomatie congolaise le samedi 6 août 2022, au cours d’un entretien avec les médias internationaux, le Congo attend de la France ainsi que des autres membres permanents du Conseil de sécurité la validation du rapport des experts de l’ONU et en tirer toutes les conséquences en termes de sanctions et d’accompagnement actif de la RDC, pour éradiquer les « penseurs » des groupes armés.

« Des sanctions, oui, sinon autrement ce rapport aura servi à quoi ? S’il n’y a pas de sanction, on crée un précédent fâcheux, et la tentation sera toujours forte de suivre ce mauvais exemple », a estimé Christophe Lutundula comme tous les Congolais d’ailleurs.

LRP

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus