Soutien à l’intégration régionale : 250 millions USD de la BAD pour appuyer le projet de construction économique du corridor RDC-Angola

Sélection de la rédaction


La Banque africaine de développement (BAD) annonce un financement 250 millions de dollars américains pour appuyer le projet de construction économique du corridor République Démocratique du Congo (RDC)-Angola.

C’est ce qui ressort de l’entretien qu’a eu le ministre congolais des Finances, Nicolas Serge Kazadi Kadima Nzuji avec la Première vice-présidente de la BAD en charge du Développement régional, de l’Intégration régionale et de la Prestation de services, Mme Bajabulile Tshabalala, le jeudi 18 août 2022, à Kinshasa en marge du 42ème Sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Cette enveloppe va concourir à la réalisation de la première phase de ce corridor qui comprend le tronçon Mbuji-Mayi – Kananga au Kasaï Oriental et Kasaï Central en RDC.

Il s’agit de 185 kilomètres à bitumer ou à bétonner de 4 cm d’épaisseur sur la largeur de 10 cm dont les voiries de Mbuji-Mayi, de Kananga, de Kabeya-Kamuanga et Munkamba.

« Nous avons des projets en cours entre autres, les corridors qui sont en train d’être mis en place notamment le corridor entre Mbuji-Mayi et l’Angola. Le Secrétariat de la SADC travaille en étroite collaboration avec la BAD pour s’assurer que tous ces projets sont améliorés. L’autre aspect, c’est aussi le développement du cadre juridique pour s’assurer que les règles sont en commun accord avec différents pays pour aller d’un Etat à un autre, traverser les frontières pour les différents projets. », a-t-elle déclaré à l’issue de la séance de travail.

Mme Bajabulile Tshabalala a souligné la disponibilité de la BAD à accompagner les projets congolais qui sont dans la lignée des projets prioritaires de son institution.

« Nous avons discuté des relations entre la BAD et la RDC. Il y a beaucoup de projets prioritaires pour lesquels la RDC peut compter sur la BAD entre autres ce qu’on appelle les cinq projets prioritaires dont ceux ayant trait au développement de l’énergie, à l’éducation surtout le secteur de l’intégration régionale. Notre discussion avec le ministre a été très instinctive, ça nous a permis de voir sa vision mais également de la RDC dans différents secteurs mais aussi avec la BAD. », a-t-elle mentionné.

Selon le projet du corridor RDC-Angola, la zone d’influence regroupe les provinces de Sankuru, Lomami, Kwango, Kwilu, Maniema, Lualaba et le Haut-Katanga qui sont les points de départ ou de destination des échanges intérieurs ou extérieurs au pays.

Déo Mulima K.

- Advertisement -spot_img

Les plus lus