Evolution du processus électoral: La LICOPADEL invite la CENI au respect du délai constitutionnel et le Chef à rassurer la population congolaise

Sélection de la rédaction

Réunis en date du 07 septembre 2022, les membres de la LICOPADEL (Ligue congolaise pour la paix, les droits de l’homme et les élections), ont scruté le contexte politique du moment caractérisé par la tenue des élections en 2023. Il ressort de leur constat, qu’il y a un manque criant de sincérité de la part de la CENI (Commission nationale électorale indépendante) su ses engagements par rapport à l’organisation de ces élections dans le délai constitutionnel.

Pour preuve, la LICOPADEL évoque le non application de la feuille de route, ce qui explique déjà le retard dans l’exécution de certaines opérations programmées et chronométrées, qui risquent de porter un coup fatal aux autres opérations, bouleversant ainsi toute la planification de toutes les opérations. La LICOAPEL dénonce également le fait que la CENI vient d’innover en intégrant l’enrôlement des congolais résidant seulement dans cinq pays, dont l’Afrique du Sud, la France, la Belgique, le Canada et les Etats-Unis, sur les 66 pays où la RDC compte des représentations diplomatiques, tout en éliminant les pays limitrophes de la RDC. Cette attitude viole les principes établis de la Loi tel que la non-discrimination et la liberté de participation politique.

La LICOPADEL constate également le non-respect des engagements du gouvernement à financer les élections, ce qui met la CENI dans l’incapacité de la mise en œuvre de sa feuille de route. Dans le même ordre d’idées, la LICOPADEL évoque l’absence du consensus entre les parties prenantes au processus électoral ainsi que l’insécurité dans l’est de la RDC, ce qui laisse planer le spectre d’un glissement, mettant ainsi en danger les acquis de l’alternance pacifique obtenue en 2018.

Des recommandations pour un processus transparent et inclusif

Au regard de tout ce qui précède, la LICOPADEL recommande à la CENI de respecter son engament, à fonctionner de manière transparente, indépendante et inclusive et à remplir son mandat crucial d’organiser des élections libres, crédibles, transparentes, inclusives et démocratiques et de ne pas lier le processus électoral aux opérations de recensement qui pourraient le retarder ; de publier régulièrement les informations sur les progrès réalisés et les réunions tenues avec les parties prenantes, afin de renforcer la confiance ; de mener des campagnes de sensibilisation des électeurs et organiser des réunions d’informations avec les parties et les candidats, pour les informer des changements apportés avant le prochain cycle et de publier le calendrier électoral définitif.

Pour sa part, le président de la république devra rassurer la population congolaise et mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition, pour respecter le délai constitutionnel des élections ; tandis que le gouvernement devra respecter l’indépendance de la CENI et de toutes les autres institutions intervenant dans le processus électoral pour les prochaines opérations électorales et de s’acquitter de son devoir de mettre à la disposition de la CENI, tous les moyens nécessaires pour la réalisation de ses objectifs et de rattraper le retard éventuel dans la mise en œuvre des opérations électorales.

La LICOPADEL recommande à la Cour constitutionnelle et à la Cour d’appel, de jouer pleinement leur rôle, en respectant notamment le choix démocratique du peuple ; tandis que la communauté internationale devra offrir un appui politique et financier à l’Etat congolais, pour l’organisation du processus électoral, tout en adoptant une attitude de prudence ; dénoncer publiquement et de manière ferme, toute répression politique et toute violation des droits humains ; soutenir politiquement et financièrement les Ong de la société civile, les défenseurs des droits humains, les Ong des PVH ainsi que les médias… La LICOPADEL invite également toutes les parties prenantes à un processus électoral transparent, crédible, inclusif et apaisé dans le respect du délai constitutionnel. Quant aux Ong de la société civile, elles devraient jouer leur rôle de gardiens de ce processus ; tandis que la population doit rester vigilante et se mobiliser pour l’accompagnement dudit processus, en vue de préserver la souveraineté nationale de la RDC. « Toutes les mesures et recommandations susmentionnées, peuvent renforcer la confiance vis-à-vis de la CENI et du gouvernement, pour la conduite d’un processus électoral plus inclusif et transparent », soutient encore la LICOPADEL.

José Wakadila

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus