RDC: La VSV condamne la répression de la marche pacifique des médecins par des éléments de la Police nationale congolaise

Sélection de la rédaction

Dans son communiqué de presse n°025/RDC/VSV/CE/2022 parvenu à la rédaction de la Référence Plus, la Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) condamne avec véhémence la répression barbare et brutale, mercredi 21 septembre 2022, de la marche pacifique organisée par le Syndicat National des Médecins (SYNAMED) par des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) sur l’avenue des Huileries au niveau de l’agence Access Bank et le Night-Club Ngwasuma à Kinshasa/Gombe.

En effet, cette marche pacifique programmée sur toute l’étendue du territoire national, s’est déroulée sans accrochages dans dix-huit (18) provinces de la République Démocratique du Congo (RDCongo), sauf dans la ville-province de Kinshasa et dans la province du Tanganyika.

Selon les informations recueillis par la VSV, à Kinshasa la marche pacifique de SYNAMED devait partir de la Gare Centrale à Kinshasa/Gombe jusqu’à la Primature, où il était prévu le dépôt d’un mémorandum adressé au Chef de l’Etat Monsieur Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, portant sur diverses revendications notamment le paiement des indemnités de logement et de transport.

Il sied de relever que le SYNAMED avait pris soin d’écrire à toutes les autorités politico-administratives de toutes les provinces, pour les informer de la tenue de cette marche pacifique. A Kinshasa, une lettre avec accusé de réception avait été déposée le 10 septembre 2022 auprès du Gouverneur de la ville. Ce dernier a réagi la veille de la tenue de l’activité, soit dix (10) jours après dans la soirée, pour interdire ladite marche, sous prétexte que le contexte sécuritaire ne s’y prêtait pas. Quelques conciliabules ont été effectués avec les organisateurs de ladite marche, mais sans résultats. Ce refus par l’autorité de la ville de Kinshasa a poussé les médecins à descendre dans la rue pour entamer la marche au sortir de la paroisse Notre Dame de Fatima à Kinshasa/Gombe, où ils devaient se retrouver de commun accord avec le Gouverneur de la ville le même mercredi 21 septembre 2022 vers 9 heures pour harmoniser les points de vue.

Juste au début de la procession, plusieurs éléments de la PNC dépêchés sur terrain, débarquent sur l’avenue des Huileries avant le croisement avec le Boulevard du 30 juin, pour lancer des gaz lacrymogènes, afin de disperser les manifestants. Ceux-ci ont été tabassés, roués de coup de bâtons, des cordelettes, des matraques électriques… appliquées sur les médecins, dont certains ont été appréhendés avant d’être embarqués sans ménagement, à bord d’une jeep de la PNC n°06/01, puis relaxés.

Plusieurs blessés ont été répertoriés parmi les manifestants. L’un d’eux a été visé par une grenade qui a explosée sur son corps brûlant et déchiquetant sa blouse blanche. Les policiers se sont même évertués à piller et extorquer les effets personnels des médecins dont argent, téléphones portables, et autres effets personnels.

Une dizaine des médecins blessés

Le bilan fait état d’une dizaine des médecins blessés parmi lesquels on peut citer docteurs KABUSE (réanimateur à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa (HGRK), Gilembe du Centre Mère et Enfant de Barumbu, MISENGELO BOBO du CEMMAS à Yolo/Mabanga (blessé à la tête), Mme NGONGO TATIANA de HGRK (entorse à la cheville droite…). Toutes les victimes ont été prises en charge par SYNAMED.

Pour rappel, il y a lieu de relever que les médecins membres de SYNAMED observent actuellement une grève dans les établissements hospitaliers publics. L’objectif de cette grève est de dénoncer la précarité de leurs conditions socio-professionnelles caractérisées par l’inexistence d’un salaire de base pour les jeunes médecins, l’existence des médecins non mécanisés, non payés et donc non reconnus par la Fonction Publique, la non prise en charge des médecins malades par le gouvernement, l’inexistence de la retraite des médecins, la non prise en charge de médecins décédés et leurs membres de famille et l’absence du décompte final. De même, des médecins engagés depuis 2019 ne sont pas encore notifiés jusqu’ à ce jour…

Toutes les promesses faites après discussions et rencontres entre le gouvernement congolais et les syndicats des médecins, ne sont jamais réalisées. Toutes les démarches entreprises par ces derniers pour obtenir une audience auprès du Chef de l’Etat afin de présenter leurs doléances, se buttent à une fin de non-recevoir.

Tout compte fait, la VSV invite le gouvernement congolais à :
Faire diligence pour interpeller les éléments de la PNC auteurs de brutalités, humiliations et traitements cruels, inhumains ou dégradants à l’égard des médecins lors de leur marche pacifique afin qu’ils répondent de leurs actes ;
Répondre sans tergiverser aux revendications des Médecins ;
Prendre en charge les victimes pour tous les préjudices subis.

José Wakadila

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus