Question du handicap en Afrique centrale: Le FOPHAC invite le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi à marquer son passage au sein de la CEEAC

Sélection de la rédaction

Le Forum des organisations des personnes vivant avec handicap en Afrique centrale et dans les pays des Grands Lacs (FOPHAC), invite le président de la république, et président en exercice de la CEEAC (Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale), Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, de marquer son mandat à la tête de cette organisation sous régionale, à travers le parrainage de la deuxième Conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale, qui sera organisée du 10 au 11 novembre prochain dans la salle des conférences de Béatrice Hôtel à Kinshasa, capitale de la RDC.

Pour Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Directeur exécutif du FOPHAC, la crainte des personnes vivant avec handicap (PVH) réside sur le fait t que jusque-là, le gouvernement de la RDC n’a pas encore pris en compte la tenue de cette conférence qui sera organisée par le FOPHAC à travers le Réseau des organisations des femmes handicapées en Afrique centrale et le Réseau national des associations des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale (RENAPHAC). « Des efforts ont été fournis, des contacts ont été entrepris et des correspondances ont été envoyées aux décideurs. La présidente du RENAPHAC a même rencontré certains partenaires dont les responsables de ONU-Femmes, du PNUD ainsi que l’ambassadeur de l’Italie et celui du Portugal…, mais sur place en RDC, les choses ne se dessinent pas encore. Or, tous ces partenaires rencontrés qui sont prêts à soutenir l’événement, veulent également voir l’apport du gouvernement et les rapports qu’il entretient avec le FOPHAC», a rappelé Me Pindu.

Au regard des attentes des partenaires dont question, le Directeur exécutif du FOPHAC demande que cette deuxième Conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap en Afrique centrale soit parrainer par le président Félix-Antoine Tshisekedi, en sa qualité de président en exercice de la CEEAC. « Il a intérêt à pouvoir soutenir cette activité de grande envergure pour marquer son passage au sein de cette communauté sous régionale », a insisté Me Pindu, avant de solliciter par la même occasion, le soutien du gouvernement de la république à travers le ministère des Affaires étrangères (pour la participation des femmes handicapées des Etats concernés ) ; du ministère de l’Intérieur à travers la DGM (Direction générale des migrations) pour la facilitation des visas d’entrée aux participantes extérieurs ; du ministère des Affaires Sociales et du ministère Délégué auprès du ministère des Affaires Sociales en charge des questions des personnes vivant avec handicap pour la réussite de l’événement.

Dans le même ordre d’idées, Me Pindu sollicite également le soutien des différents gouvernements dont les femmes vivant avec handicap participeront à ladite conférence, de pouvoir leur accorder toutes les facilités nécessaires, notamment à travers des pourparlers avec les différentes représentations de la RDC dans leurs différents pays, obtenir au rabais les prix des visas ou leur l’exemption, en faveur des femmes handicapées qui prendront part à la conférence de Kinshasa.

A en croire Me Pindu, le FOPHAC va profiter de cette deuxième conférence pour procéder à la décoration de certaines femmes de distinction et de référence qui se sont fait remarquer en Afrique centrale, pour la cause des PVH en général et celle des femmes vivant avec handicap en particulier. « Pour le cas de la RDC, notre choix sera porté sur Madame Eve Bazaiba Masudi, Vice-première ministre en charge de l’Environnement et Développement durable, qui durant deux législature au parlement, a milité en faveur de la Loi portant promotion et protection des droits de personne vivant avec handicap », a fait remarquer Me Pindu.

Parmi les partenaires qui se sont déjà fait manifestés pour cette deuxième conférence, Me Pindu a cité le Bureau conjoint des Nations Unies pour les droits de l’homme (BCNUDH) qui s’est engagé à prendre en charge certains frais (location de la salle des conférences de Béatrice Hôtel, frais des repas et pause-café, frais des matériels pédagogiques).

Le FOPHAC demande à Félix Tshisekedi à laisser des empreintes au sein de la CEEAC

Revenant sur le parrainage du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, Me Pindu estime que ce dernier doit laisser ses empreintes sur la question du handicap en Afrique centrale, surtout que c’est la seule sous-région qui ne dispose d’aucun instrument juridique au niveau sous régional, en ce qui concerne la protection des droits des PVH. En outre, le président Félix Tshisekedi devra saisir l’occasion de son mandat, en vue de soumettre à ses pairs africains pour adoption, le Projet du Plan d’actions quinquennal sous régional, pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées en Afrique centrale et d’inciter tous les neuf Etats de l’Afrique centrale, à pouvoir ratifier le Protocole de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique, lequel n’est ratifié jusque-là que par le Burundi et la République centrafricaine.

Au finish, Me Pindu demande au président de la république, de pouvoir proposer en sa qualité de président en exercice de la CEEAC, une réunion des chefs d’Etat et des gouvernements des pays de l’Afrique centrale, pour échanger sur la question des personnes vivant avec handicap, dans le but d’avoir une politique et une vision commune de l’Afrique centrale pour la promotion et la protection des droits des PVH.

Dans le même ordre d’idées, Me Pindu a félicité le Burundi pour la mise en place de la Commission nationale pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées (CNPDH), institution gouvernementale rattachée à la présidence de la république ainsi que le Rwanda, avec le Conseil national pour la promotion et la protection des droits des personnes handicapées (rattaché au ministère des Affaires Sociales) dirigé par l’ancien président de l’Association nationale des personnes handicapées du Rwanda, Dominique Bizimana.

A noter que la première conférence sous régionale sur les droits des femmes vivant avec handicap, s’est tenue en 2020 à Brazzaville.

Création du réseau panafricain des personnalités vivant avec handicap

Dans un autre chapitre, le Directeur exécutif du FOPHAC a fait la restitution de la mission qu’il a effectuée du 15 au 22 août 2022 dans quelques villes de la Côte d’Ivoire (Assiopé, Abidjan, Akoupé, Yamoussoukro, Bouaké), sur invitation de Me Loukoué Kouamé Josué, président de l’Association des paralytiques de la Côte d’Ivoire (APCI), à l’occasion de la 9ème Journée nationale des personnes handicapées moteurs de la Côte d’Ivoire.

Plusieurs personnes qui militent dans la cause du handicap ont également pris part à ces assises, dont l’ancien ministre d’Etat et ministre des personnes handicapées de la Côte d’Ivoire, M. Raphaël Dogbo ; la Conseillère spéciale du président Macky Sall en charge du handicap, l’accessibilité et la vulnérabilité, Madame Aissatou Cissé ; l’ancien ministre en charge des personnes vivant avec handicap de la République du Congo, actuellement Secrétaire exécutif permanent du Conseil national des personnes vivant avec handicap (institution rattachée à la présidence de la république), M. Jean de Dieu Ngoma ainsi que le Directeur exécutif du FOPHAC.

Selon Me Patrick PIndu, cette rencontre avait pour objectif, le partage d’expériences de la société civile des personnes vivant avec handicap de la RDC pour la protection et la promotion des droits des personnes vivant avec handicap à travers plusieurs conférences tenues dans les villes précitées, à l’issue desquelles les participants ont mis sur pied un réseau panafricain des personnalités vivant avec handicap, qui travaillera sous forme de Rotary club, pour réfléchir sur la question du handicap et rechercher des fonds pour financer des micros projets des PVH à travers le continent africain.

Le bureau provisoire de ce réseau est composé de Mme Aissatou Cissé du Sénégal (Présidente) ; Me Louko Kouame Josué de la Côte d’Ivoire (1er vice-président) ; M. Jean de Dieu Ngoma de la république du Congo (deuxième vice-président) et Me Patrick Pindu de la RDC (Secrétaire général).

Me Pindu a également effectué une mission similaire à Istanbul en Turquie du 17 au 21 septembre 2022, sur demande du président du FOPHAC, M. Idrissa Maika, afin de participer au sommet européen sur la question des personnes vivant avec handicap sur « Les défis, les obstacles et les barrières auxquelles sont confrontées les PVH en Afrique centrale, pour leur pleine participation dans la société »

A l’issue du sommet, Madame Anna Parese, rapporteur spéciale des femmes vivant avec handicap au niveau de la commission de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard de la femme et Secrétaire générale du Forum européen des personnes handicapées, a pris l’engagement de visiter quelques pays de l’Afrique centrale et de l’Ouest au mois de décembre prochain, en vue de se rendre compte des vraies réalités que vivent les PVH et envisager avec l’aide des partenaires, en termes de soutien aux PVH africains.

A ce sujet, Me Pindu a demandé aux autorités de la RDC, d’accorder une attention particulière à cette visite, à travers la mobilisation des moyens et des instances concernées, pour réserver un accueil digne de ce nom aux visiteurs, et de leur faciliter l’accès auprès des autorités politiques du pays, en vue de discuter sur la question des PVH en RDC.

José Wakadila

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus