Mundial/Quatar 2022 : quand foot et mysticisme se côtoient au Cameroun !

Sélection de la rédaction

La phase finale de la coupe du monde de football aura lieu au mois de Novembre 2022. A quelques semaines du début de cette grande compétition sportive, les joueurs commencent déjà à s’apprêter afin d’offrir le meilleur d’eux sur l’aire de jeu.

En Afrique, une préparation serait non seulement physique et mentale, mais aussi mystique avoue le commun de mortels africains.

A en croire les révélations d’un journal camerounais, de grandes manœuvres occultes et non occultes sont en cours chez les joueurs des Lions indomptables, l’équipe nationale du football du Cameroun, qui se ruent vers les villages éloignés au fin fond de la forêt équatoriale, à la recherche et à la rencontre des tradipraticiens.

RFI a voulu savoir pourquoi ces footballeurs accourent auprès de ces vendeurs d’illusions et pour quels résultats ?

Récit. En ce lundi matin du mois de septembre 2022, il est 7h quelque part dans un village à plus de 300 kilomètres à l’Est de Yaoundé. La localité se réveille à peine d’une nuit difficile.

En effet, une pluie torrentielle s’est abattue ici. Au centre du village, un mystérieux individu s’adonne à un curieux rituel depuis le lever du jour. Un fait pas étonnant pour les villageois, parce qu’il est de coutume de voir de temps en temps ce type de pratique ici.

Autour de son cou, une kyrielle d’amulettes. En bandoulière, un sac en peau de bœuf. Sandalettes traditionnelles aux pieds, son accoutrement particulier attire l’attention. C’est le tradipraticien du village. Le meilleur dit-on.

La prise de photos est interdite. Devant lui et à genoux, deux joueurs des Lions indomptables dont nous garderons l’identité anonyme. Que font-ils là ?

Un autre tradipraticien, Nji Ousseni, qui exerce à Yaoundé, apporte une explication. « Comme la Coupe du monde approche, plusieurs joueurs des Lions indomptables ont recours à de la sorcellerie, à la magie, aux marabouts avec pour but de déstabiliser leurs adversaires.

Chacun veut être sélectionné, ou être titulaire. Ainsi pour les compétitions importantes comme la Coupe du monde ou encore la Coupe d’Afrique des nations, les joueurs font souvent appel à mes services pour invoquer les dieux afin de perturber l’adversaire », poursuit-il. En soi, l’emploi de la magie noire en football n’a rien de nouveau au pays de Roger Milla selon plusieurs analystes.

Mauvaise image pour le football

Des témoignages anonymes font état qu’au sein des Lions indomptables, on ne badinerait pas avec la sorcellerie, même lorsqu’elle requiert certaines pratiques qui pourraient choquer le grand public.

Selon une certaine coutume, pour réaliser un beau parcours lors d’une compétition internationale, il faudrait s’entourer de meilleurs marabouts, tradipraticiens et guérisseurs privés. Ainsi, en plus de l’entraînement physique, les pratiques mystiques sont, dit-on, capable d’améliorer l’agilité et d’augmenter l’efficacité des joueurs.

Pour le journaliste Jean Bruno Tagne, fin-connaisseur des Lions indomptables, « les places vont se vendre très cher pour participer à la Coupe du monde et donc chacun met les chances de son côté. Il y a ce qu’on appelle ici la préparation psychologique. Qui en réalité veut dire le recours aux pratiques mystiques.

« J’ai pu discuter avec certains joueurs et même des encadreurs et je sais qu’il y a régulièrement à la nuit tombée, un certain nombre de sacrifices, au stade Ahmadou-Ahidjo. On égorge des bœufs, on arrose le sang de ces bœufs sur les joueurs » , a-t-il déclaré


Et de renchérir que le tout, c’est pour contenter les ancêtres afin qu’ils apportent leur soutien.

 » Mais franchement, on ne peut pas simplement à partir d’une incantation penser qu’on va remporter un match de foot, c’est ridicule » , s’étonne le journal qui s’insurge en disantn c’est de la bêtise parce que les prescriptions des marabouts ne sont pas toujours des réussites.

Le journaliste enquêteur révèle que selon
l’anthropologue Valentin Nga Ndongo, dans son enquête rendue publique sur le football camerounais et la superstition, la forme la plus forte de la magie dans le football consiste à faire appel à un Mami Wata [une Succube, ndlr], qui est une divinité aquatique. Cette dernière protègerait le gardien de but et empêcherait les ballons d’y pénétrer.

Troublants témoignages

Une certaine opinion Négro-africaine estime que ce serait cela le football en Afrique. On n’y pourrait rien sans cela. Chaque équipe, mieux chaque joueur se préparerait par divers moyens parce qu’en face il y a aussi des adversaires comme le Brésil, la Suisse et la Serbie qui ne sont pas simple mystiquement.

D’autres témoignages anonymes renseignent également que le tradipraticien des Lions indomptables aurait raconté qu’il aurait déjà reçu pas moins de cinq joueurs des Lions qui séjournent en ce moment au pays.

Mais certains joueurs seraient conscients seules les fétiches ne suffisent pour être performant sur le terrain. Et que cela ne peut en aucun cas servir d’élément galvanisant. C’est le cas de Salomon Banga Bidjeme Il, le Lion évoluant à Al Hilal de Khartoum au Soudan et capitaine de la sélection locale du Cameroun.

« Un footballeur peut avoir les meilleurs marabouts du monde mais s’il ne s’entraîne pas régulièrement et ne cherche pas à s’améliorer au quotidien, il n’avancera jamais », explique-t-il à RFI.

Il convient de faire savoir qu’au Cameroun comme dans la quasi totalité des pays africains, chaque fait sportif a toujours une explication mystico-spirituelle. Ici et là, on intrigue à travers les nombreux mythes qui l’entourent.

Par dessus tout les footballeurs camerounais et Africains devraient plutôt utiliser les valeurs comme l’honnêteté, le courage, la patience, la persévérance, le don de soi, l’amour du travail pour s’améliorer chaque jour.

A bon entendeur salut !

Dephill Philippe Lipo 

Journal du Cameroun

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus