Tournée de presse de l’ambassade du Japon: « Le Japon constitue une béquille pour l’INPP dans l’amélioration des conditions de travail » (Patrick Kayembe)

Sélection de la rédaction

Dans le souci d’évaluer le niveau de ses réalisations en RDC, particulièrement dans la ville-province de Kinshasa, l’ambassade du Japon a organisé une tournée de presse du 25 au 26 octobre 2022. Parmi les structures visitées figure en bonne place l’Institut national de préparation professionnelle (INPP), où le Japon est en train d’appuyer les projets « SOLIDE 1 » et « SOLIDE 2 ».

Echangeant autour de ces deux projets avec la presse, le Directeur général Patrick Kayembe, a indiqué que le projet « SOLIDE 1 » ne concernait que les provinces du Haut-Katanga et de Kinshasa avec deux axes retenues notamment sur l’amélioration du système de formation continue et sur le renforcement des systèmes d’appui à l’emploi et à l’entreprenariat. « Tout a commencé par la construction d’un bâtiment à Kinshasa et à Lubumbashi. Mais il s’est avéré que la coopération devait se poursuivre dans l’amélioration des conditions de travail et le renforcement de l’intervention de l’INPP à travers la formation. D’où la mise en place du projet SOLIDE, qui paraît comme une solution de l’INPP pour les entreprises », a-t-il indiqué.

Dans ce même cadre, Patrick Kayembe poursuit que l’amélioration des systèmes de gestion et de formation ainsi que des conditions de travail à travers la JICA (Agence japonaise de coopération internationale), a permis de développer un manuel des procédures, de renforcer le système de formation en motorisation, de renforcer le système d’appui et à l’entreprenariat, de renforcer le système de formation en hydraulique, en pneumatique, en automate programmable et en soudure spécialisée et la mise en place d’un mécanisme facilitant l’accès des anciens stagiaires à la microfinance.

En ce qui concerne le projet « SOLIDE 2 », le Dg Patrick Kayembe rappelle qu’il a démarré en avril 2022, avec comme objectif, l’institutionnalisation du cycle de gestion de la formation (standardiser les pratiques de formation ou formation de base, en tenant compte des besoins des industries et se rassurer que ces formations soient conduites de manière autonome), l’institutionnalisation du système de formation des formateurs et l’accumulation des bonnes pratiques à travers des activités pilotes.

En clair explique le numéro un de l’INPP, le projet « SOLIDE 2 » a vu la JICA à travers l’aide publique au développement, s’intéresser à l’élargissement de son champ d’action vers les entités de l’INPP. L’objectif à court terme, est de rendre l’INPP autonome à travers le projet de coopération technique actuel qui prend en compte neuf (9) directions provinciales qui sont : Kinshasa, Haut-Katanga, Kongo-central (Boma et Matadi), Nord et Sud-Kivu, Kasai-Oriental, Equateur et Ituri.

En termes des défis, le Dg Patrick Kayembe reconnaît que le travail à réaliser est énorme, surtout que l’INPP est une clé pour le développement. Car sans la formation, on ne peut pas accéder à un emploi, ni avoir la capacité de l’exercer et de répondre aux besoins de l’entreprise. Pour cela, l’INPP voudrait que la coopération avec le Japon puisse demeurer notamment à travers le renforcement des capacités, afin de permettre à l’INPP de développer ses interventions auprès des employeurs, pour répondre au besoin croissant de la main-d’œuvre, notamment la main-d’œuvre qualifiée. « Pour tout dire, le Japon constitue une béquille pour l’INPP dans l’amélioration des conditions de travail », a-t-il indiqué.

« SOLIDE 2 » : un projet de taille pour l’INPP

Au niveau de la direction technique située sur la 11ème rue/Limete, la presse a visité le service Froid et Climatisation, où sont organisés trois spécialités à savoir, le froid ménager (froid domestique : climatiseur, réfrigérateur, congélateur, climatiseur individuel, split…), le froid commercial et industriel (chambres froides et morgues) et le froid industriel (utilisé dans les industries des produits cosmétiques, pharmaceutiques, des blocs de glace…).

A la fin de leur cycle, les apprenants deviennent des techniciens en froid commercial et industriel, avant d’entamer le niveau de la climatisation centrale. Il faut souligner qu’il n’y a pas des critères de sélection pour toute personne qui voudrait apprendre, en dehors d’un test d’orientation pour les nouveaux venus. Ce qui signifie que le service froid et climatisation consiste à enseigner l’ABC de la climatisation.

La visite s’est poursuivie dans le laboratoire automatique, où les visiteurs ont été conviés à une pratique de la production automatique, fonctionnant sans l’appui de l’homme.

A en croire le Directeur technique Paul Kongolo, qui est également gérant du projet « SOLIDE 2 », c’est grâce à l’accompagnement du Japon que l’INPP dispose aujourd’hui en son sein, des maîtres formateurs dans les domaines des automates programmables, en hydraulique, en pneumatique, en froid et climatisation, en soudure spécialisée et en cycle de gestion de formation.

A ce jour dit-il, la coopération avec le Japon a permis à l’INNP, de répondre aux questions qui lui ont été posées par l’industrie locale, où les formateurs interviennent efficacement et ce, à la satisfaction des demandeurs. « L’INPP à son tour, profite de cette coopération qui date de 2010, pour former dans l’industrie et les sans-emplois, une manière d’assurer la pérennisation de l’expertise japonaise. C’est ainsi qu’il a été instauré à l’intérieur de l’INPP, un cycle de formation des formateurs. Et ces derniers sont capables d’aller former dans des pays tiers », a-t-il affirmé.

Parlant des acquis de la coopération avec le Japon, Paul Kongolo affirme qu’à ce jour, l’INPP est très présent non seulement dans l’industrie, mais il accompagne également le gouvernement dans le programme de développement industriel qui a été mis au point par le ministère de l’Industrie et où l’INPP est parmi les principaux acteurs. « Nous formons dans tous les domaines qui sont repris dans le développement industriel et nous accompagnons également l’industrie », a-t-il dit.

De son côté, M. Michitsugu Shibutani, chef de projet « SOLIDE 2 » en charge de gestion organisationnelle, s’est dit satisfait du fait que l’INPP est en train d’évoluer par rapport à l’autonomisation, notamment dans le domaine de cycle de gestion de formation ainsi que dans la formation des formateurs. « Nous croyons qu’avant la fin du projet SOLIDE 2, l’INPP atteindra un bon niveau de fonctionnement ».

Il a ensuite émis le vœu de voir la collaboration entre l’INPP et le Japon se poursuivre dans plusieurs autres domaines d’une part, et que l’INPP puisse devenir autonome d’autre part, même si le Japon sera toujours à ses côtés.

José Wakadila

- Advertisement -spot_img

Les plus lus