Semaine mondiale de l’Education aux médias et à l’information: les professionnels des médias appelés à exploiter les thématiques sur les droits humains avec un accent particulier sur les droits de la femme

Sélection de la rédaction

Dans une déclaration rendue publique le vendredi 28 octobre, l’Association Congolaise des Femmes Journalistes de la Presse Écrite (ACOFEPE) et le Réseau des Femmes leaders pour l’accès à la parole appellent les professionnels des médias à améliorer la qualité du contenu des informations destinées à la consommation du grand public particulièrement celles devant contribuer à l’éducation des élèves surtout les filles. Et ce, en marge de la célébration de la semaine mondiale de l’Education aux médias et à l’information.

A l’issue des trois sessions des tribunes d’échanges organisées du 24 au 28 octobre 2022, à l’intention des jeunes filles écolières des 5ème et 6ème des humanités sur le rôle social des médias auprès des élèves de la commune de Kisenso, l’ACOFEPE et le Réseau des Femmes leaders pour l’accès à la parole ont constaté que la plupart de jeunes écolières ont toutes des Smartphones et passent très souvent leur temps à lire sur Facebook, Instagram, TIC TOC, etc.

En outre, ces écolières ne sont pas attirées par l’information utile mais plutôt ludique alors qu’elles sont appelées à jouer un rôle déterminant dans la société.

« Comment alors promouvoir les droits de la jeune fille aussi longtemps que les lois importantes les concernant ne sont pas connues ? Les droits des filles et des femmes peuvent être facilement diffusés par le canal des médias (Télévision, radio, presse écrite et Internet) et contribuer à la jouissance de leurs droits. Les médias jouent donc un rôle important de socialisation des jeunes entre la famille et l’école« , peut-on lire dans leur déclaration.

L’occasion faisant le larron, l’ACOFEPE et le Réseau des Femmes leaders pour l’accès à la parole ont recommandé aux professionnels des Médias d’améliorer la qualité du contenu des informations destinées à la consommation du grand public particulièrement celles devant contribuer à l’éducation des élèves surtout les filles ; d’exploiter les thématiques sur les droits humains avec un accent particulier sur les droits de la femme.

« Au Ministre de la Communication et Médias de veiller au respect du droit à l’information, du code d’éthique et déontologie Journalistique et à la qualité de l’information diffusée« , ont-ils déclaré.

Par ailleurs, ces deux structures qui militent pour les droits des femmes appellent le Ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique de renforcer les corps éducatifs sur les notions des droits humains et les droits de la femme ; Organiser des programmes de session culturelle abordant les thématiques de l’égalité des sexes et des droits fondamentaux des femmes ;Faciliter la collaboration entre les organisations des droits des femmes et les corps éducatifs pour sensibiliser régulièrement les élèves sur les questions de droits humains ; Initier des cours sur la connaissance de la consommation des médias.

Il y a lieu de signaler que ces assises ont eu lieu grâce à l’appui technique et logistique du Centre Carter, des Affaires mondiales du Canada à travers le programme Voix et Leadership des Femmes (VLF), la Monusco et INTERNEWS.

Eldad B.

- Advertisement -spot_img

Les plus lus