RDC: La VSV sollicite le renforcement des équipements et des soldes conséquentes en faveur des FARDC

Sélection de la rédaction

La situation confuse dans l’est de la RDC caractérisée par les attaques du mouvement rebelle M23, préoccupe au plus haut point l’opinion tant nationale qu’internationale ainsi que les structures de défense des droits de l’homme, en l’occurrence la Voix des Sans Voix pour les droits l’homme, qui sollicite le renforcement des équipements et des soldes conséquentes en faveur des FARDC (Force armées de la République démocratique du Congo).

Au cours d’un point de presse tenu conjointement par Mme Laurette Misenga et Timothée Dikuiza Benze, respectivement Directrice exécutif adjointe et Chargé des enquêtes, la VSV a demandé aux autorités congolaises, de prendre des mesures rigoureuses visant à renforcer les FARDC, en les dotant des moyens et équipements militaires nécessaires, en vue de leur permettre de mieux défendre la patrie et reconquérir les parties de la RDC sous contrôle du M23 soutenu par le Rwanda.

La VSV demande en outré aux autorités nationales, de mobiliser les moyens financiers et matériels pour la prise en charge adéquate et totale des déplacés internes, victimes des affrontements et d’installer ou renforcer les les points d’assainissement et des centres de santé pour la prise en charge des déplacés internes malades, des enfants, des femmes enceintes et des femmes allaitantes, des personnes de troisième âge et autres personnes vulnérables…

Les autorités devront également préparer de contre-arguments en diligentant des missions d’information en Afrique et partout dans le monde, pour véhiculer la vraie version des faits de la RDCongo contre les arguments erronés avancés par le Rwanda, arguments selon lesquels la RDCongo utiliserait les FDLR (Forces démocratiques pour la libération du Rwanda) et souhaite l’escalade militaire.

Par ailleurs, la VSV demande à la Communauté Internationale, de condamner et de sanctionner fermement le Rwanda, pour menaces contre la paix et la sécurité dans la région des grands Lacs ; tandis que la population congolaise devra veiller et demeurer vigilante, en accompagnant le gouvernement, les FARDC et les services de sécurité, par la dénonciation des auteurs et complices de la déstabilisation de la RDC, afin de les traquer et les arrêter pour qu’ils répondent de leurs actes devant les juridictions nationales ou internationales, en vue de contribuer à la pacification de l’Est de la RDC.

A savoir

La VSV rappelle que, c’est depuis le 20 octobre 2022 que les combats entre les FARDC et les rebelles du M23 ont repris et se sont intensifiés dans le territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu. A l’issue d’intenses affrontements en date du 28 octobre 2022, les rebelles du M23 ont pris le contrôle de plusieurs localités dont Kitagoma se trouvant au poste frontalier avec l’Ouganda.

En outre, en date du 29 octobre 2022, les rebelles du M23 ont également pris le contrôle de grandes cités stratégiques de Kiwanja et Rusthuru-Centre.

Face à cette situation sécuritaire extrêmement tendue, il sied de noter que dimanche 30 octobre 2022, plusieurs personnes se sont déplacées des villages du groupement de Rugari, territoire de Rutshuru, province du Nord-Kivu pour trouver refuge ailleurs tandis que d’autres sont bloquées dans certains villages par manque de passage suite à la poursuite des combats dans cette partie entre les FARDC et les rebelles du M23.

La VSV affirme que ces déplacements massifs forcés ne font qu’accentuer la souffrance des populations civiles et la crise humanitaire en RDC. Des femmes dont celles enceintes et allaitantes, des enfants et des personnes de troisième âge qui errent ici et là ne sachant à quel saint se vouer sont exposés à la belle étoile sans prise en charge adéquate compte tenu du nombre quasi important des déplacés qui ne peuvent pas être tous pris en charge par les humanitaires. De même, suite à cette situation, la psychose a gagné la ville de Goma où la population s’inquiète de plus en plus.

Au demeurant, la VSV saisit cette occasion pour saluer la décision prise par le Chef de l’Etat congolais, M. Félix Antoine Tshisekedi, lors de la réunion élargie du Conseil Supérieur de Défense, samedi 29 octobre 2022, d’accroitre la force de frappe des FARDC.

Pour cette Ong de défense des droits de l’homme, l’accroissement des forces de frappe des FARDC passe impérativement par le recrutement des jeunes de toutes les provinces pour rejoindre les rangs de l’armée.

« Cela passe également par la récupération ou le retour des militaires des ex forces armées zaïroises (EX FAZ), dont certains sont au pays et d’autres à l’extérieur pour défendre la patrie menacée.

D’aucuns n’ignorent que ces militaires ex FAZ ont été formés aux frais de l’Etat zaïrois à l’époque et congolais actuellement, dans les grandes académies militaires du monde, pour défendre l’intégrité du territoire national », estime-t-on au sein de la VSV.

José Wakadila

- Advertisement -spot_img

Les plus lus