Avec l’appui de la société de communication et de services: Ecoforleaders organise une table ronde sur les défis de l’adéquation entre formation et emploi

Sélection de la rédaction

L’Ecole supérieure de formation des leaders de l’unité (ECOFORLEADERS), en collaboration avec la société de communication et de services (SCS), a organisé dernièrement dans la salle La Perle de Ste Anne dans la commune de Gombe, une table ronde sur le thème : « Défis de l’adéquation entre formation et emploi en RDC : Approche d’Ecoforleaders ». L’objectif est de  rapprocher le monde des affaires et celui de l’éducation, pour analyser les difficultés de recrutement dans les entreprises, dans le but de renforcer le lien entre le milieu universitaire et le monde de l’emploi, en vue de lutter contre les inadéquations telles que la corruption et le tribalisme.

La cérémonie a été présidée par le ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), à travers le Secrétaire de cabinet du ministre, M. Roger Kivusa, en présence de l’Ambassadeur d’Italie en RDC, Alberto Petrangeli et des responsables du mouvement des Focolari.

Au nom du ministre empêché, le SECAB Roger Kivusa, a indiqué que le ministère de l’ESU considère cette activité comme un appui important à la réforme de ce secteur qui, dans ses stratégies, fait de la lutte contre les antivaleurs et les violences de toutes formes en milieu universitaire, son cheval de batail. Pour lui, la finalité de cette table ronde qui se résume en la construction d’un État, d’une société et d’un peuple de la communion et de la fraternité, à offrir à la RDC, à l’Afrique et au monde, rencontre les attentes du ministère. A l’en croire, le gouvernement de la république veut construire au centre de l’Afrique, un État de droit, riche et prospère à la dimension de ses richesses incommensurables. « Les efforts que fourni cet établissement qui forge les leaders de l’unité, contribuent largement à la réalisation de l’axe sur la promotion des valeurs éthiques et l’esprit critique dans les communautés de la RDC », a-t-il fait savoir, avant d’appeler les participants et les partenaires du domaine de l’ESU, à soutenir des telles initiatives, pour créer des réseaux des leaders rassembleurs, non corruptibles et non tribalistes, pour que la RDC excelle et émerge.

Dans ce même ordre d’idées a-t-il annoncé la signature depuis le 22 novembre 2022, de la Convention de partenariat entre le ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire et ECOFORLEADERS.

Ecoforleaders et SCS : l’union fait la force

Auparavant, le Dg et Co-promoteur d’Ecoforleaders, prof Félicien Mpuku Ets’Ayel, a indiqué que son école et la SCS ont voulu cimenter leur collaboration et faire de cette double sagesse africaine d’Ubuntu dont l’opérationnalité et l’incidence, sont évidentes dans tous les domaines à savoir : « Tout défi est comme un baobab, nul ne peut en faire le tour avec ses deux bras » et « L’union fait la force (la division affaiblit) : si tu veux aller vite, vas seul, mais si tu veux aller loin, vas ensemble avec l’autre ». Autrement dit, le défi de la transformation de notre société sur tous les plans, implique la lutte contre l’égoïsme, l’égocentrisme, le tribalisme qui conduisent souvent à la méconnaissance.

Par contre poursuit prof Félicien Mpuku, « notre compassion humaine nous lie les uns, les autres, non pas par pitié ou par condescendance, mais en tant qu’êtres humains capables de transformer nos souffrances communes, en espoir pour l’avenir. « Unissons nos efforts et investissons dans la formation des hommes nouveaux, des leaders de l’excellence, pour la construction d’une société plus inclusive et dans la formation d’un peuple engagé autour des valeurs de l’unité, de la fraternité, de co-responsabilité, d’intégrité, de dialogue, de redevabilité, de bonne gouvernance dont notre société a urgemment besoin », a encore lancé le Dg d’Ecoforleaders.

Pour sa part, M. Jean Robert Isifua, Dg de la SCS, a fait savoir que le problème qui se pose autour de la question abordée est strictement, un souci d’ordre organisationnel. Pour lui, société doit être organisée de façon qu’il y ait des responsables, des sous-responsables, et que chacun assume une responsabilité qui lui est propre. Car dans une société organisée, les gens ne doivent pas se comporter ou agir en électron libre.

Parlant de la formation professionnelle, il a ajouté que la RDC doit établir nettement un parallélisme entre la politique et l’administration. En effet dit-il, une école de formation professionnelle créée par l’Etat, aurait beaucoup plus d’impacts sur la société, à la différence de celle créée par un privé. C’est ici souligne-t-il, que se cache la magie de la responsabilité de chacun dans le lotissement d’une société.

Selon Jean Robert Isifua, le domaine éducationnel congolais doit être sanctuarisé, pour la simple que c’est un secteur où les politiques ne viennent que pour donner de l’impulsion comme dans les domaines de la santé et de la jeunesse. Or en réalité, le travail est fait par les techniciens, technocrates du domaine. D’où l’efficacité nécessite une réglementation stricte des choses.

C’est dans ce sens que la SCS partage avec ECOFORLEADERS, son expérience dans le domaine relationnel, surtout que nul ne peut réaliser des grands projets sans moyen. En outre, il faut savoir en même temps comment s’y prendre pour amener les autres à vous fédérer et vous soutenir dans l’atteindre de vos objectifs.

Des éminents panélistes

Parmi les panélistes se trouvait le recteur de l’Université catholique au Congo (UCC), prof Abbé Léonard Santedi. Il a insisté sur la nécessité d’adapter le programme éducationnel du pays, au besoin des entreprises. Aussi a-t-il estimé que le système d’enseignement supérieur LMD (Licence mater doctorat), a toutes les compétences pour établir cette correspondance entre la formation et l’emploi, surtout qu’il table nécessairement sur les aspects pratiques professionnelles

Il a s’est dit interpellé par la thématique de cette table ronde, avant de rappeler à chaque partie prenante, les fondamentaux de l’éducation. Car dit-il, « Éduquer c’est forger des personnalités », surtout que l’éducation est le laboratoire de l’humanité, une formation intégrale de l’intellect, une formation pratique du savoir-faire, vivre…. Au finish, il a invité à une trilogie entre le ministère de l’ESU, les entreprises et les universités, afin de surmonter le défi de l’adéquation entre formation et emploi en RDC.

A noter que cette table ronde a également bénéficié du soutien de l’INPP, Rawbank, COPEMECO (Confédération des petites et moyennes entreprises du Congo), Equity BCDC, ANEP (Association nationale des entreprises du portefeuille).

A savoi

ECOFORLEADERS est une structure privée qui a vu le jour le 29 novembre 2016 en RDC, et qui milite pour la formation des cadres rassembleurs spécialisés, imprégnés de l’esprit de l’excellence et de la fraternité universelle. C’est aussi une école qui forme des gradués, des licenciés et autres cadres universitaires et des entreprises publiques et privées.

Plusieurs professionnels des médias oeuvrant dans la ville-province de Kinshasa, ont également bénéficié des formations au sein de cette structure, dès sa première promotion en 2016, entre autres Donat Mdimba : Radiookapi.net ; Emmanuel Bdibanga : Groupe de Presse l’[email protected] ; José Wakadila : Groupe de Presse La référence ; Lydie Lufuladio : Canal Kin Télévision ; Amédé Mwarabu : Zoomeco ; Adélin Mbangu : Reporter Volontaire…).

Depuis sa création, Ecoforleaders a organisé quelques activités dont les plus marquantes sont le forum national interconfessionnel sur la paix et l’unité avec la conférence sectorielle en 2018, ainsi que le congrès international sur  la communication en 2019.

José Wakadila

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus