RDC : L’ESPD et l’ONIP réfléchissent autour de la population

Sélection de la rédaction

L’école des sciences de la population et du développement en collaboration avec les fonds des nations pour la population, UNFPA en sigle, a tenu les journées scientifiques du 6 au 7 décembre à l’université de Kinshasa, à la faculté de médecine.

Ces assises ont eu la participation du directeur général de l’ESPD, Emina Jacques, du DG de l’ONIP , Richard Ilunga et du représentant de l’UNFPA Eugène Kongnyuy.

L’objectif est de former des ressources humaines de qualité, capable de contribuer efficacement à la résolution des questions de population et développement qui se posent en RDC et en Afrique de Grands lacs, y compris dans les entités territoriales décentralisées; réaliser des analyses prospectives et recherches de qualité pour informer les politiques, programmes et projets de développement sur les plans local, provincial, national et régional.

 » Nous essayons de voir depuis l’indépendance jusqu’au aujourd’hui, notre population ne cesse d’augmenter et quel est le contexte ? Qu’est-ce que nous pouvons faire ? Il y a la population qui augmente, mais au même moment les gens souffrent. Alors on doit se poser des questions, Qu’est-ce qui ne va pas ? Et comment on peut améliorer le bien être de la population  », s’interroge le directeur général de l’l’ESPD, Jacques Emina

Et d’ajouter:  » Nous sommes une nouvelle école qui vise à former les gens a devenir les experts du nexus population, développement, humanitaire et environnement. Donc essayer de comprendre les articulations qui a entre la croissance démographique, les aspects de la population, sa composition et le développement du pays ».

Le directeur général de l’ONIP Richard Ilunga  » pense être honoré lors de ces assises. Il estime que l’Office national d’identification de la population ne peut que fonctionner et ne peut qu’avancer avec l’école qui a été mise en place, c’est très important et puisqu’on parle population, puisque nous voulons identifier la population, nous supposons qu’il y a l’expertise, qu’il de l’expérience qui doit être prise en compte’

Rappelons ces assises sont tenues durant deux jours soit du 6 au 7 décembre dans l’enceinte de l’université de Kinshasa au département de médecine.

Mercisse Mayangila/LRP

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus