Participation des PVH au processus électoral inclusif: La FENAPHACO sensibilise et mobilise les PVH albinos, aveugles et mal voyantes, sourdes et malentendantes

Sélection de la rédaction


Dans le cadre du projet d’appui et de renforcement de la participation citoyenne des personnes vivant handicap au processus électoral inclusif en RDC la FENAPHACO (Fédération nationale des associations des personnes vivant avec handicap du Congo), a organisé dernièrement dans la salle de Caritas à Limete, une matinée de sensibilisation et de mobilisation des personnes atteintes d’albinisme, des personnes aveugles et mal voyantes ainsi que des personnes sourdes et malentendantes, pour leur participation massive à l’opération d’enrôlement et d’identification des électeurs dont le coup d’envoi a été lancé depuis samedi 24 décembre 2022, dans les aires ouest composées de neuf (9) provinces du pays.


Selon Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonnateur national de la FENAPHACO, ces genres d’activités vont se poursuivre dans toutes les provinces d’intervention dudit projet, afin de mobiliser toutes les personnes vivant avec handicap à pouvoir s’enrôler massivement. C’est une particularité aujourd’hui a-t-il dit, car la FENAPHACO fait cette sensibilisation avec les personnes atteintes d’albinisme, les personnes aveugles et mal voyantes ainsi que les personnes sourdes et malentendantes, lesquelles se sentent discriminées au sein de la catégorie des personnes vivant avec handicap au niveau de leur représentation dans la plupart des activités organisées par la FENAPHACO.


Malgré plusieurs activités déjà organisées dans ce sens en faveur des PVH tant à Kinshasa qu’en provinces pour l’enrôlement des électeurs, la FENAPHACO a pensé tenir cette session de mobilisation à la veille du début de l’opération d’enrôlement, en faveur des leaders de toutes les catégories ci-haut énumérées, pour qu’à leur tour, elles puissent mobiliser leurs pairs qui sont restées dans la maison et dans les associations, en de s’enrôler massivement, a expliqué Me Patrick Pindu.


A l’en croire, la stratégie de la FENAPHACO consiste à disposer d’une grande mission d’observation électorale des PVH ainsi que des candidats PVH qui ne viendront pas pour plaire à la communauté, mais plutôt pour se faire élire à tous les niveaux des élections. Dans le même ordre d’idées, la FENAPHACO compte également disposer de plusieurs PVH candidats au niveau des partis politiques tant comme témoins que candidats.

Privilégier les électeurs PVH

Me Pindu a saisi l’occasion pour affirmer que la Loi portant sur l’identification des électeurs a privilégié les personnes vivant avec handicap, toutes catégories confondues, d’être prioritaires dans tous les bureaux d’enrôlement. C’est-à-dire que chaque personne vivant avec handicap qui va arriver dans un quelconque bureau, aura une priorité pour s’enrôler. « En ma qualité de Coordonnateur national de la FENAPHACO, je lance un appel à toutes personnes vivant avec handicap se trouvant dans toutes les 26 provinces de la RDC, de pouvoir s’enrôler massivement, afin de disposer d’un grand nombre des PVH qui deviendront électeurs et détenteurs de la carte d’électeur qui va servira à d’autres élections prévues à la fin de l’année 2023 », a-t-il recommandé.


Parlant des barrières qui empêchent les PVH à mieux participer au processus électoral, le Coordonnateur national de la FENAPHACO énumère entre autres, l’éloignement des bureaux d’enrôlement et les bureaux de vote, l’indifférence du personnel de la CENI qui n’accorde pas la priorité aux PVH, notamment les personnes albinos qui ne peuvent pas être exposées au soleil, le faible niveau d’inscription et le taux élevé d’analphabétisme des PVH, l’inaccessibilité de certains bureaux d’enrôlement et de vote, l’ignorance des éléments de la police qui ne sont pas sensibilisés sur les dispositions à prendre en faveur des PVH, le manque d’interprète des langues des signes pour les personnes sourdes et malentendantes… « Cette fois-ci, la CENI nous a promis des interprètes des langues des signes ainsi que l’application stricte de la Loi. Et nous verrons si toutes ces promesses seront bel et bien tenues », a dit Me Pindu.


A noter que cette séance de sensibilisation a connu quatre interventions dont : « Les instruments juridiques internationaux, régionaux et nationaux qui garantissent le droit de vote et la participation politique aux personnes vivant avec handicap », par Me Mbangu Mushingelete, qui est une personne aveugle ; « Les obstacles et les barrières qui empêchent les personnes vivant avec handicap de participer au processus électoral et au processus de vote dans des conditions d’égalité avec les autres personnes », par Me Augustin Munzibala, personne PVH ; « L’importance des opérations d’enrôlement d’électeurs pour les personnes vivant avec handicap, toutes catégories confondues et les stratégies à mettre en place pour pousser les personnes vivant avec handicap à pouvoir s’enrôler », par M. Mayele Maku Jean, PVH et coordonnateur provincial de la FENAPHACO pour la ville-province de Kinshasa et « Les conditions à remplir par les personnes vivant avec handicap pour pouvoir s’enrôler et devenir électeur pour voter et mieux remplir sa mission d’observation électorale », par M. Makila Ngayber, PHV et Directeur national administratif et des Ressources humaines à la FENAPHACO.

Impressions

A l’issue des assises, quelques participants ont donné de la voix. C’est le cas de Mme Béatrice Tshala Ngoy, trésorière de « Congo pour tous », une structure qui a pour objectif, la promulgation des droits des personnes en situation du handicap. Elle a martelé pour que la CENI invite son personnel, à tenir compte des PVH dans les différents d’enrôlement.


Paraphrasant son collègue, Mme Mathy Bitota de l’Ongd Anga, estime aussi que cette journée de sensibilisation constitue une interpellation pour la CENI qui doit respecter les engagements pris en faveur des PVH.

José Wakadila

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_imgspot_imgspot_img

Les plus lus