spot_img

Consulter le journal

64 ans après les émeutes du 04 janvier 1959, la RDC ne serait toujours pas sous l’impérialisme occidental ?

AccueilPolitique64 ans après...

En ce jour du 04 janvier 2023, la République Démocratique du Congo se rappelle de la date historique du 4 janvier 1959, un jour où des émeutes avaient éclaté soudainement à l’ex-Léopoldville (Kinshasa), la capitale, en pleine colonisation belge.

Une certaine opinion politique congolaise ne cesse de faire état que cet événement d’il y a 64 ans aujourd’hui, marquait en réalité le début de grandes revendications congolaises ayant débouché à l’indépendance du pays le 30 juin 1960.

Pour expliquer ces événements malheureux aux générations présentes, de nombreuses versions s’y rapportant révèlent qu’un concours de circonstances de deux événements politique et sportif serait à la base de ces émeutes.

En effet, ce jour-là, l’Alliance des Ba Kongo (ABAKO) tenait à organiser un meeting sur la place dite YMCA située dans l’actuelle commune de kalamu dans l’objectif, semble a-t-il , de ne pas se faire distancer par le parti Lumumbiste qui venait de tenir son discours très suivi une semaine avant.

En effet, le jour du meeting, l’Abako décide contre toute attente populaire d’annuler la manifestation pour ne pas porter la responsabilité, si troubles il y avait.

En effet, les autorités coloniales auraient mis en garde Kasa de porter la responsabilité des troubles si trouble il y en aurait, étant donné que les revendications d’émancipation étaient fréquentes en cette période

Plusieurs milliers de militants déjà sur place refusent toute très en colère, ils s’en prennent aux colons en casant leurs boutiques. En conséquence, la police réprimera sauvagement les manifestations.

Une situation confuse qui va coïncider avec l’arrivée dans ce même périmètre de plusieurs milliers des gens en provenance du stade Tata Raphael après un match de football. La confusion, la casse et la répression sont alors totales.

En réalité, il n’existerait aucune statistique de ces évènements macabres. Mais, les estimations font état d’une centaine de morts.

Dès lors, des revendications congolaises vont s’amplifier pour toujours jusqu’à l’obtention et à l’accession du Congo à l’indépendance le 30 juin 1960.

Aujourd’hui, 64 ans après le 04 janvier 1959, quel souvenir la République Démocratique du Congo pourrait tirer de ces revendications pour sa souveraineté nationale, elle qui fait encore de nos jours à l’agression rwandaise via le M23 dans sa partie orientale ?

Le pays ne serait-t-il toujours pas sous l’impérialisme occidental contre lequel les congolais devraient se soulever comme ce fut le cas le 04 janvier 1959 ?

Philippe Dephill Lipo

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Inondations provoquées par la montée des eaux du Lac Tanganyika : Jean-Michel Sama Lukonde échange avec le caucus de Sénateurs de la province du...

Le Premier Ministre sortant, Jean-Michel Sama Lukonde, a reçu en audience mercredi 22 mai 2024, à la Primature, le Caucus de Sénateurs élus du Tanganyika, accompagné du Ministre des Affaires Sociales et Actions Humanitaires. Cette délégation des élus est venue...

Pour avoir été élu président de la Chambre basse du Parlement: Les jeunes leaders promettent un soutien indéfectible à l’honorable Vital Kamerhe

Les jeunes leaders dans le Sud-Kivu promettent un soutien indéfectible à l'honorable Vital Kamerhe, élu président de la Chambre Basse du Parlement de la République Démocratique du Congo. Un mandat qui sera décisif,en ce moment où l'Est du pays...

Assemblée Nationale: 15 ans après sa démission, Vital Kamerhe retrouve son poste du Président de la chambre basse du Parlement congolais

Sans surprise et dans une ambiance bon enfant, Vital Kamerhe a été élu, mercredi 22 Mai, président du bureau définitif de l'Assemblée nationale de la République Démocratique du Congo. L'élu de Walungu qui était du reste candidat unique à son...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.