spot_img

Consulter le journal

En RDC, la tension monte une semaine après le meurtre de l’ancien ministre Chérubin Okende

AccueilPolitiqueEn RDC, la...

Le porte-parole du parti de l’opposant Moïse Katumbi a été retrouvé mort d’une balle dans la tête le 13 juillet. Ses proches y voient un « assassinat politique ».

Une semaine après la mort du député et ancien ministre Chérubin Okende, il n’y a toujours ni mobile ni coupable ; mais pour les autorités, il y a urgence à faire progresser l’enquête. A cinq mois de l’élection présidentielle en République démocratique du Congo (RDC), le climat se fait étouffant depuis que cette figure de la vie politique locale a été retrouvée, tuée d’une balle dans la tête, dans sa Lexus stationnée sur le boulevard Congo-Japon du quartier de Limete, à Kinshasa, jeudi 13 juillet.

Chérubin Okende, porte-parole du parti de Moïse Katumbi, le principal rival du président Félix Tshisekedi dans la course à la magistrature suprême en décembre, avait disparu la veille à plusieurs kilomètres de là. Il avait été vu pour la dernière fois en plein centre-ville de la capitale, sur le parking de la Cour constitutionnelle, où il attendait son garde du corps, parti déposer pour lui un courrier demandant le report de vingt-quatre heures de son audition par la haute juridiction, qui voulait l’entendre sur sa déclaration de patrimoine.

Crime crapuleux ou un assassinat politique ?

Mercredi, Firmin Mvonde, le procureur général près la Cour de cassation, a estimé que le garde du corps de Chérubin Okende était, à ce stade de l’enquête, « le premier suspect ». Ses déclarations ne sont pas « constantes », a précisé le magistrat, ajoutant que la balle qui a « traversé la tête » du député est bien partie de son arme, « trouvée à côté du corps ». Arrêté quelques heures après la découverte de la dépouille, cet homme qui, selon nos informations, est un cousin par alliance de la victime, est interrogé par les policiers, tout comme le chauffeur du député. « D’autres personnes », dont l’identité n’a pas été révélée, sont en train d’être entendues.

Une version qui ne convainc pas la famille de l’ancien ministre des transports, qui voit derrière sa mort un « assassinat politique ». « Aucune expertise balistique n’a encore été faite, l’autopsie n’a pas non plus été pratiquée pour déterminer les causes réelles du décès, mais le procureur général fait des déclarations à l’emporte-pièce. Ce n’est pas professionnel et cela pousse à croire qu’on veut maquiller l’assassinat », se désole un proche sous couvert d’anonymat.

« Traces de boue séchée »

« Un nettoyeur de voiture qui travaille sur le parking de la Cour constitutionnelle nous a affirmé que le 12 juillet, il avait vu des hommes armés habillés en civil entrer sur le parking et demander à Chérubin Okende de les suivre. Puis, à l’extérieur de la concession, il dit avoir vu des hommes en tenue militaire à bord d’un pick-up Toyota de couleur blanche. Selon ce témoin, l’un de ces hommes a pris le volant du véhicule du député tandis que celui-ci a pris place à l’arrière », poursuit ce proche, estimant que l’enquête fait fausse route.

Des reproches formulés également par le parti de Chérubin Okende, Ensemble pour la République, dont le leader, Moïse Katumbi, a précipitamment interrompu son séjour en Côte d’Ivoire, dénonçant une affaire « politique ». « Il y a beaucoup de manipulations, estime Olivier Kamitatu, son porte-parole. Des traces de boue séchée ont été retrouvées sur le pantalon de Chérubin Okende. D’où viennent-elles ? On a retrouvé sa ceinture de sécurité attachée. Comment est-ce possible ? Son épouse affirme qu’il ne l’attachait jamais. La position dans laquelle le corps a été découvert laisse croire qu’il y a eu une mise en scène. »

« Tout cela s’inscrit dans une logique de persécution de Moïse Katumbi et de ses collaborateurs », poursuit Olivier Kamitatuaccusant les autorités congolaises d’être derrière ce meurtre. Ces derniers mois, les difficultés se multiplient pour les proches du candidat à la présidentielle. Fin mai, l’un de ses plus proches conseillers, Salomon Idi Kalonda, a été arrêté, accusé de collusion avec des rebelles. Juste avant, Mike Mukebayi, un élu du parti, avait également été inculpé.

Ces accusations sont « indécentes », selon Patrick Muyaya, le porte-parole du gouvernement : « On nous a tout de suite accusés. Mais à qui profite ce crime ? Nous n’en tirons aucun profit, dans un contexte où nous travaillons à rassurer la population sur la sécurité, notamment à la veille des Jeux de la Francophonie [du 28 juillet au 6 août à Kinshasa] et des élections de décembre. » Alors que Moïse Katumbi a demandé à la mission des Nations unies en RDC de « conduire les investigations », le gouvernement dit accepter que cette enquête soit internationale et promet que la Belgique enverra « au plus tôt » un expert. Mercredi, le procureur Firmin Mvonde a ajouté que des enquêteurs sud-africain et français étaient aussi « attendus ».

Avec le Monde

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

PSG : Le message curieux de Dembélé au Barça après les avoir éliminé

L’attaquant du PSG, Ousmane Dembélé a réagi avec calme et détermination après avoir été sifflé et insulté par les supporters du Barça avant et pendant le choc retour des quarts de finale de Ligue des Champions. Ousmane Dembélé a vécu...

Justice : L’ancien vice-ministre des Hydrocarbures, Moussa Mondo, condamné à 20 ans de servitude pénale pour le meurtre de sa femme

. Jugé en procédure de flagrance au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures sous le gouvernement Ilunga Ilunkamba et cadre du PPRD, a été condamné le mercredi 16 avril à 20 ans de prison...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.