spot_img

Consulter le journal

RDC: 6 militaires jugés pour la répression sanglante d’une manifestation anti-Monusco à Goma

AccueilSociétéRDC: 6 militaires...

Le procès de six militaires congolais, dont deux officiers supérieurs, arrêtés après la répression d’une manifestation ayant fait une cinquantaine de morts le 30 août, a débuté mardi à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo.

L’audience a commencé en début d’après-midi devant la cour militaire du Nord-Kivu, siégeant dans une salle, pleine à craquer, du camp militaire Katindo de Goma, la capitale provinciale, où se sont déroulés les faits, a constaté un journaliste de l’AFP.

Suspendue en fin de journée, elle doit reprendre mercredi matin.

Les accusés sont deux officiers de la Garde républicaine, le colonel Mike Mikombe et le lieutenant-colonel Donatien Bawili, dont l’arrestation avait été annoncée lundi par le gouvernement, ainsi que quatre soldats de 2e classe. Tous sont en détention et ont comparu dans leurs tenues militaires.

A la question de savoir s’il reconnaissait les faits qui lui sont reprochés, le colonel Mikombe a répondu « non, je ne les reconnais pas ». La parole n’a pas encore été donnée aux autres accusés.

Des personnes arrêtées lors d'une opération militaire pour empêcher une manifestation contre l'ONU par une secte religieuse, assises par terre et gardées par l'armée à Goma, le 30 août 2023 en RDC

Jugés en « flagrance » (comparution immédiate), ils sont poursuivis notamment pour « crimes contre l’humanité », a déclaré l’auditeur supérieur du Nord-Kivu, le colonel Michel Kachil, représentant le ministère public.

Selon lui, 56 personnes ont été tuées et 75 blessées mercredi dernier lors d’une opération militaire lancée pour empêcher une manifestation prévue par une secte locale contre la présence dans la région des forces de l’ONU et de l’Afrique de l’Est, accusées d’inefficacité dans la lutte contre les groupes armés.

« De leur initiative »

L’opération avait été conduite en particulier dans le temple et les locaux de la radio de cette secte. Un document interne de l’armée avait rapidement fait état de 48 morts et 75 blessés, avant que le gouvernement ne communique un bilan de 43 morts et 56 blessés.

Des rescapés interrogés vendredi dernier affirmaient que les militaires avaient ouvert le feu « sans explication » ni « justification » sur des dizaines de personnes désarmées.

Des personnes arrêtées lors d'une opération militaire pour empêcher une manifestation contre l'ONU par une secte religieuse, assises par terre devant leurs fétiches traditionnels et gardées par l'armée à Goma, le 30 août 2023 en RDC

Les deux officiers jugés « ont entraîné quatre jeunes soldats » dans leur « entreprise macabre », a lancé l’auditeur supérieur, en assurant que « leurs agissements ont été mis en œuvre de leur initiative ».

« Il ne s’agissait pas d’une action étatique, ils ont agi de manière isolée », a-t-il estimé.

Une délégation ministérielle a été envoyée de Kinshasa à Goma samedi pour « faire la lumière » sur les événements du 30 août et « dégager les responsabilités », selon les termes du gouvernement.

Outre l’arrestation des deux responsables militaires annoncée dès la nuit de dimanche à lundi à Goma par le ministre de l’Intérieur Peter Kazadi, celui-ci a annoncé lundi soir le rappel à Kinshasa pour « consultations » du gouverneur du Nord-Kivu, le général Constant Ndima, et la suspension de deux officiers de police.

Une soixantaine de victimes se sont constituées parties civiles au procès. Leurs avocats ont annoncé leur intention de demander que l’Etat congolais soit tenu civilement responsable.

Depuis New York, Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général des Nations unies, a indiqué que la Mission de l’ONU en RDC (Monusco) « encourageait vivement une enquête approfondie et indépendante » sur cette affaire et suivait le procès en cours.

(AFP)

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Décès de Khadija Alissa : Moussa Mondo suspendu par le PPRD !(Communiqué)

Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et le Développement (PPRD) vient de suspendre ce lundi 15 avril 2024 un de ses membres, en la personne de Moussa Mondo. Une mesure à titre conservatoire consécutive à une présumé implication de...

Violences conjugales à Kinshasa : Un homme politique tue sa femme !

L'ancien Vice-Ministre chargé des hydrocarbures dans le gouvernement Ilunkamba, Moussa Mondo, serait mis aux arrêts après le décès le dimanche 14 avril 2024 de son épouse Khadija Alissa à l'hôpital initiative Plus, apprend-t-on le lundi 15 avril 2024 de...

Aéroport de N’djili: La chancellerie de l’Archidiocèse de Kinshasa condamne le traitement « dégradant » réservé au Cardinal Fridolin AMBONGO

Dans un communiqué rendu public le dimanche 14 Avril, la chancellerie de l'Archidiocèse de Kinshasa condamne avec la dernière énergie le traitement dégradant que les Services officiels aéroportuaires de N'djili ont réservé à Son Eminence Fridolin Cardinal AMBONGO qui...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.