spot_img

Consulter le journal

Sécurité alimentaire inclusive en faveur des PVH: La FENAPHACO organise une réunion de plaidoyer au Centre Bondeko

AccueilSociétéSécurité alimentaire inclusive...

La situation des personnes vivant en situation de handicap évolue à pas de tortue en RDC. D’où la multiplication des forums de réflexion et des ateliers, en vue de faire entendre la voix de cette catégorie de la population qui se sent de plus en plus marginalisée.


C’est la raison pour laquelle la FENAPHACO (Fédération nationale des associations des personnes handicapées du Congo) et les Organisations des PVH représentatives et à caractère national, ont organisé dans le cadre du Consortium du projet We Are Able (Nous sommes capables), un atelier de réflexion sur la problématique de la sécurité alimentaire inclusive pour les personnes vivant handicap (PVH).


Selon Me Patrick Pindu-di-Lusanga, Coordonnateur national de la FENAPHACO, l’objectif de cet atelier qui a bénéficié du concours des ONG internationales ZOA et VNGI ainsi que FAPH (Forum africain des personnes en situation de handicap), est de permettre aux PVH d’avoir non seulement droit à la nourriture, mais à tout autre avantage, notamment aux financements, aux crédits, à l’emploi, à l’éducation, à l’accès aux équipements de la mobilité…

Il est aussi question de réfléchir sur une stratégie commune que les organisations des PVH représentatives doivent mettre en place, afin d’amener le gouvernement de la république, à pouvoir présenter le rapport initial sur la mise en œuvre de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, au Comité des Droits des personnes handicapées à Genève.


Il s’agit également de mettre en place une stratégie pour pousser le gouvernement et le parlement, à pouvoir voter et promulguer la Loi autorisant la ratification du Protocole à la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique par la RDC et pousser le gouvernement à se pencher sur les mesures d’accompagnement et d’application dans la mise en œuvre de la Loi organique portant promotion et protection des droits des PVH, afin de permettre à ces dernières de jouir réellement de leurs droits.


De son côté, M. Prince Kalenga, Coordonnateur-RDC du Programme We Are Able, a indiqué que ce projet vise le renforcement des capacités de la société civile en particulier les associations des handicapés, afin de leur permettre de connaître leurs droits et les réclamer.

En organisant cet atelier, We Are Able cherche à mettre ensemble, mieux susciter des réseautages et des plates-formes des PVH tant au niveau de Kinshasa que national, pour qu’ils puissent découvrir les besoins des PVH en RDC, et mettre des stratégies de plaidoyer auprès des détenteurs du pouvoir, pour améliorer leur sécurité alimentaire.


Par ailleurs, les PVH qui doivent lutter pour leurs droits, devront être unies, afin de les défendre collectivement ; tandis que les autorités doivent s’investir afin d’améliorer la situation des PVH en RDC.


Il a saisi l’occasion pour féliciter le gouvernement de la république, notamment la Ministre déléguée près le Ministre des Affaires sociales, Actions Humanitaires et Solidarité Nationale chargé des personnes vivant avec Handicap et autres personnes vulnérables, qui a déposé un document par rapport à la situation des PVH en RDC, lequel devait être envoyé par le gouvernement aux Nations Unies.


M. Prince Kalenga a également évoqué la promulgation en 2022 par le président de république, de la Loi n°03/22, portant défense et protection des droits des PVH. A cel s’ajoute la souscription par la RDC, aux Conventions internationales sur la personne handicapée.

« Toutes ces avancées sont à encourager, bien que beaucoup reste à faire, notamment la ratification de la Charte Africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits des personnes handicapées en Afrique. A ce sujet, nous demandons au gouvernement qui a déjà des bonnes intentions, de pouvoir ratifier ce précieux document qui donne l’avantage aux PVH et mettre l’accent dans l’accès à l’emploi aux PVH, afin de réduire leur mendicité », a-t-il conseillé.

Quid du projet We Are Able ?

A noter que le projet We Are Able est piloté depuis près de trois ans dans la province du Sud-Kivu, précisément dans les territoires de Kalehe et d’Idjui. Dans les zones d’intervention, toutes les couches sociales existantes dans les deux territoires, connaissent le handicap, les droits humains de la personne handicapée et l’inclusion.


Parmi les acquis de ce projet, M. Prince Kalenga explique que le gouverneur du Sud-Kivu, les Administrateurs des territoires, les responsables des chefferies ainsi que les ministres et députés provinciaux, prennent au sérieux la question du handicap dans cette partie du pays. C’est qui leur permet d’intervenir positivement en faveur des PVH.

Quelques impressions des participants

Dans les commentaires, Mme Mélanie Musawu, présidente provinciale du Réseau des jeunes handicapés à la FENAPHACO affirmé qu’une personne en situation de handicap ne peut pas se prendre en charge s’il n’y a un coup de pouce du gouvernement.

Selon elle, c’est à l’Etat à qui revient la charge de procurer de l’emploi aux personnes vivant avec handicap, afin que celles-ci puissent assurer leur alimentation de manière inclusive.


Elle a rappelé que le plaidoyer à ce sujet, ne sera pas mener individuellement, mais c’est plutôt une démarche qui doit être planifiée au niveau des différentes organisations des personnes handicapées, afin de contraindre le gouvernement améliorer la situation de la sécurité alimentaire des PVH.


De son côté, M. Limese Liwawi Jean-Denis, président des jeunes handicapés de la FENAPHACO pour la province du Sud-Ubangi, dit avoir compris que les PVH ne peuvent pas seulement attendre qu’on leur distribue la nourriture. Ils doivent plutôt avoir des emplois qui leur permettront de vivre décemment.


Pour sa part, Mme Modestine Kazadi, membre de la Fédération des Associations des Personnes Atteintes d’Albinisme de la RDC, a salué cette initiative à travers le projet We Are ABLE (Nous sommes capables), qui a ciblé les PVH. Selon elle, ce projet aide les PVH à renforcer leurs capacités et à disposer des connaissances des lois qui les concernent, pour être en mesure de faire des plaidoyers et de les revendiquer.


Par rapport au plaidoyer, elle estime que les PVH doivent d’abord prendre connaissance des lois qui les concernent, et voir ce que l’Etat n’est pas en mesure de leur procurer, afin de pouvoir les revendiquer.

José Wakadila

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Assemblée nationale : Kamerhe range la levée des immunités de Kazadi et Rubota dans les priorités de son mandat

Après l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale qui a donné Vital Kamerhe vainqueur avec 371 voix sur 407 votants, la nouvelle équipe est entrée effectivement en fonction ce vendredi 24 mai après la remise et reprise qu’il y...

Kinshasa : une partie de l’avenue Pierre Mulele (ex. 24 Nov.) totalement détériorée

L'avenue Pierre Mulele (Ex. 24 novembre ou Libération) dans son tronçon entre la prison centrale de Makala et les arrêts Bambole et petit pont est dans un état de détérioration totale, selon le constat effectué sur place ce vendredi...

Coopération technique JAPON-RDC: Remise du Projet d’Appui au Renforcement des Capacités des 3 Directions provinciales de l’INPP

Le jeudi 23 mai 2024 à Kinshasa, en présence de Son Excellence Madame Claudine NDUSI, Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Prévoyance Sociale, Son Excellence Monsieur OGAWA Hidetoshi, Ambassadeur du Japon en République Démocratique du Congo, a...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.