spot_img

Consulter le journal

Présidentielle de décembre 2023 en RDC: A moins d’un revirement spectaculaire, Félix Tshisekedi est bien parti pour briguer un second mandat

AccueilPolitiquePrésidentielle de décembre...

La fin de l’année 2023 approche et avec elle, l’échéance électorale qui va déterminer le prochain chef de l’État congolais. Parmi les candidats en lice, un se démarque nettement des autres : il s’agit de Félix Tshisekedi, l’actuel président de la République démocratique du Congo (RDC). Selon plusieurs sondages réalisés par différents instituts, il bénéficie d’une large avance sur ses concurrents et d’une forte popularité auprès de la population.
Comme pour affirmer que Félix Tshisekedi est bien parti pour briguer un second mandat, à moins d’un revirement politique spectaculaire.


En effet, si l’on se réfère au sondage du Journal le Grand Œil réalisé le 11 septembre 2023 auprès de 15.100 électeurs inscrits, Félix Tshisekedi recueillerait 74% des intentions de vote, soit un écart de 64 points avec son principal rival, Moïse Katumbi Chapwe, qui obtiendrait 10%. Martin Fayulu Madidi arriverait en troisième position avec 8,3%, suivi de loin par Augustin Matata Ponyo (0,8%), Delly Sesanga (0,3%) et Constant Mutamba (0,1%).


Ce sondage confirme la tendance observée par d’autres enquêtes, comme celle du Bureau d’études, de recherche et de consulting international (Berci), avec le Groupe d’étude sur le Congo (GEC) et Ebuteli qui donnait à Félix Tshisekedi 29% de bonnes opinions en décembre 2021, contre moins de 30% pour l’ensemble des autres candidats.

Les raisons de cette montée en puissance du président sortant

Pour expliquer cette montée en puissance, des analystes attestent que Félix Tshisekedi a su capitaliser son bilan à la tête du pays, lequel a été marqué par des réformes sociales et économiques appréciées par les Congolais.


Parmi les mesures phares, on peut citer la gratuité de l’enseignement primaire et secondaire, la gratuité de la maternité, le programme de développement local dans les 145 territoires (PDL-145T), les succès des IXèmes Jeux de la Francophonie organisés à Kinshasa en août 2023 ou encore la lutte contre la corruption menée par l’Inspecteur général des finances, Jules Alingete.

D’autre part, Félix Tshisekedi a bénéficié du soutien de la plateforme Union sacrée de la Nation, une large coalition politique qui regroupe des partis et des personnalités influentes de toutes les provinces du pays.


Par conséquent, il a pu se défaire de l’emprise de son prédécesseur Joseph Kabila, dont la plateforme dénommée Front commun pour le Congo (FCC), a été marginalisé au Parlement et dans plusieurs autres institutions du pays.

Malgré quelques critiques, Félix Tshisekedi tient bon

Bien sûr, le président Tshisekedi n’est pas exempt de critiques et de faiblesses. Certains lui reprochent sa gestion sécuritaire dans l’est du pays, où des groupes armés continuent de sévir malgré l’état de siège instauré en mai 2021.

D’autres pointent du doigt la dépréciation du franc congolais face au dollar américain, qui affecte le pouvoir d’achat des ménages. Enfin, certains s’interrogent sur la crédibilité du processus électoral, qui pourrait être entaché par des fraudes ou des violences.


Quoi qu’il en soit, à moins d’un revirement spectaculaire comme dit ci-haut, Félix Tshisekedi semble bien parti pour remporter un second mandat à la tête de la RDC.

Il devra alors faire face aux nombreux défis qui attendent ce pays immense et riche en ressources naturelles, mais aussi en proie à des tensions politiques et sociales.

José Wakadila

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

PSG : Le message curieux de Dembélé au Barça après les avoir éliminé

L’attaquant du PSG, Ousmane Dembélé a réagi avec calme et détermination après avoir été sifflé et insulté par les supporters du Barça avant et pendant le choc retour des quarts de finale de Ligue des Champions. Ousmane Dembélé a vécu...

Justice : L’ancien vice-ministre des Hydrocarbures, Moussa Mondo, condamné à 20 ans de servitude pénale pour le meurtre de sa femme

. Jugé en procédure de flagrance au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe, Moussa Mondo, ancien vice-ministre des Hydrocarbures sous le gouvernement Ilunga Ilunkamba et cadre du PPRD, a été condamné le mercredi 16 avril à 20 ans de prison...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.