spot_img

Consulter le journal

RDC : le M23 revendique la prise de Mweso

AccueilSociétéRDC : le...

Un groupe rebelle qui aurait des liens avec le Rwanda voisin a affirmé mercredi s’être emparé d’une ville clé de l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) au cours d’intenses combats, ce qui soulève de nouvelles inquiétudes en matière de sécurité à l’approche de l’élection présidentielle du 20 décembre.

La ville de Mweso, située à environ 100 km de la capitale provinciale du Nord-Kivu, Goma, est passée sous le contrôle du groupe rebelle M23 après des jours de combats avec les forces soutenues par le gouvernement, a déclaré Lawrence Kanyuka, porte-parole du groupe.

Des habitants de la région ont déclaré à l’Associated Press qu’ils avaient été témoins de tirs entre les rebelles et les forces de sécurité. « L’ennemi a réussi à réoccuper Mweso », a déclaré Alain Kamala.

L’Associated Press n’a pas été en mesure de vérifier immédiatement qui contrôlait la ville. L’armée congolaise a confirmé que des combats étaient en cours dans la région.

Le M23 s’est fait connaître il y a dix ans lorsque ses combattants se sont emparés de Goma, la plus grande ville de l’Est de la RDC, à la frontière avec le Rwanda. Il tire son nom d’un accord de paix conclu le 23 mars 2009, qu’il accuse le gouvernement congolais de ne pas appliquer.

Le président congolais Felix Tshisekedi accuse le Rwanda de déstabiliser la RDC en soutenant les rebelles du M23. Des experts de l’ONU ont établi un lien entre les rebelles et les forces rwandaises. Le Rwanda le nie.

Les combats dans l’Est de la RDC couvaient depuis des décennies, plus de 120 groupes luttant pour le pouvoir, la terre et les précieuses ressources minérales, tandis que d’autres tentaient de défendre leurs communautés. Mais ils se sont intensifiés à la fin de l’année 2021, lorsque le M23, qui était en sommeil, a refait surface et a commencé à conquérir des territoires.

Les rebelles ont déclaré que la dernière série de combats avait commencé après que les forces soutenues par le gouvernement aient « attaqué des zones fortement peuplées et nos positions sur plusieurs axes » et qu’ils « n’hésiteront pas à protéger la population civile et ses biens ».

Les habitants craignent pour leur sécurité. M. Tshisekedi, qui cherche à se faire réélire, a déclaré que les territoires contrôlés par les rebelles pourraient ne pas participer au scrutin de décembre pour des raisons de sécurité.

(AFP)

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Tueries à Goma : les Wazalendo interdits de circuler en ville avec des armes

Les autorités de la province du Nord-Kivu ont décrété l'interdiction, ce vendredi 12 avril, pour les combattants "Wazalendo", de se déplacer à Goma en portant des armes. Cette mesure fait suite à une série de meurtres, de braquages et...

Face aux propos discriminatoires et sexistes tenues à l’égard de la Première Ministre Judith Tuluka: Le RFLAP dénonce, lance un appel à la tolérance...

Le Réseau des Femmes Leaders pour l'Accès à la Parole (RFLAP) dénonce fermement les propos négatifs et les critiques à caractère sexiste proférés à l'égard de la Première Ministre Judith Tuluka depuis sa nomination à ce poste crucial de...

Nord-Kivu : Des présumés bandits auteurs du braquage d’un véhicule, vol à main armée, meurtres de 5 personnes et plusieurs blessés à Goma, ...

La Ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu avait été sous la terreur d'un fusillade qui avait eu lieu en fin d'après-midi du mercredi 10 mars 2024 à l'entrée ' Président '. Cause : le braquage d'un véhicule...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.