spot_img

Consulter le journal

Quid du « Le peuple d’abord » : Corriger les erreurs du passé ou consolider les acquis ?

AccueilPolitiqueQuid du "Le...

Nul n’ignore que la population congolaise toute entière vit actuellement dans des situations difficiles caractérisées notamment par une vie chère, l’insécurité, des embouteillages monstrueux, le manque d’eau et d’électricité. Et ce, sous le regard impuissant, voire indifférent des autorités du pays en dépit de leurs multiples promesses tout au long de la première mandature du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, réélu en décembre 2023.

Avec cette misère notoire au sein de la population, une certaine opinion populaire estime que le célèbre slogan légué par Étienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire, « Le peuple d’abord » aurait perdu son vrai sens.

Cela est d’autant vrai que, ceux qui sont actuellement au pouvoir ne donnent pas un signal de se préoccuper
du quotidien de la population qui ne sait plus à quel saint se vouer.

Le commun de mortels congolais essoufflé par la précarité sociale dans laquelle il est plongé dit ne pas connaître ce que des ‘ Warriors’ continuent de faire pour ce pays où des rumeurs de détournement des millions de dollars se font persistantes dans l’opinion.

« L’actuel régime se caractérise par des promesses qui ne se réalisent pas. La population congolaise souffre, vit dans la misère, sans aucune lueur d’espoir », a déclaré un homme de 65 ans, fatigué d’écouter et de voir des gens continuer de louer à longueur de journées des promesses qu’auraient réalisées des hommes politiques.

En fait, gouverner c’est prévoir, diton. Que prévoit le gouvernement de la République pour assurer au peuple son bien-être ?

La RDC est-elle gouvernée ?

Selon le célèbre philosophe français, Jean-Jacques Rousseau, l’homme est bon par nature, mais c’est la société qui le pervertit, notamment dans son expérience de la propriété privée qui favorise les tensions. La recherche de ses intérêts égoïstes mène au chaos et au despotisme. Pour assurer la paix sociale, il faut passer par un contrat social qui fait abandonner sa liberté au citoyen au profit d’un intérêt collectif qui servira in fine l’individu. Car la souveraineté demeure la propriété des individus et est indivisible et inaliénable.

Pour le sage grec Xénophon :  » au sein d’une nation, le chef est celui qui sait commander et envers qui les gouvernés louent cette capacité et cette qualité « . La légitimité du chef est donc une affaire de psychologie. Il faut que le chef sache parler, mais pas uniquement, il doit par ses actes renforcer la confiance que le peuple met en lui. De par son autorité, le chef n’en abuse pas, il le met au service de l’intérêt général et non particulier.

Est-ce le cas pour la République Démocratique du Congo ? Ceux qui exercent le pouvoir agissent-ils pour
l’intérêt général ou particulier ?

Le premier mandat du Président Félix Tshisekedi aurait été marqué par des détournements des deniers publics, l’insécurité urbaine et surtout dans la partie Est du pays, par une vie chère, le manque d’eau et d’électricité, la dépréciation continuelle du Franc congolais,…

Au regard de cette sombre situation que traverse péniblement la République Démocratique du Congo, faut-il corriger les erreurs du passé ou consolider les acquis du premier mandat ?

A l’instar du sphinx de Limete, Étienne Tshisekedi, son fils Félix qui a succédé à Joseph Kabila avait promis devant la face du monde de faire du pays de Simon Kimbangu l’Allemagne de l’Afrique.

Autrement dit de mettre les Congolaises et Congolais dans les meilleures conditions de vie. Et de reconstruire la RDC en la rendant aussi belle que la première puissance économique européenne.

Lors de son accession au pouvoir en 2019, Félix Tshisekedi avait présenté le concept « le peuple d’abord » comme un programme de son premier quinquennat, ce qui avait un grand espoir au peuple de voir son pays être débarrassé de toutes les antivaleurs qui le mettent encore à genou jusqu’à ce jour où le peuple congolais continue d’attendre encore en vain l’avènement de l’équipe gouvernementale qui sera pour la toute première fois dans l’histoire de la RDC, dirigée par une femme.

 » Le peuple d’abord « , un slogan creux !

Lors de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance de la RDC, le chef de l’État congolais avait affirmé, mieux martelé que « le peuple d’abord » était la seule boussole de « notre action et la mesure de notre détermination ». Cela signifie que l’intérêt du peuple congolais constituerait toujours le fil conducteur de toutes les réformes que le gouvernement de la République accomplira tout au long de son mandat.

Malgré les différentes déclarations et assurances sur « le peuple d’abord », le peuple congolais se rend compte qu’il n’est toujours pas au centre de l’action gouvernementale.

Pas d’électricité ni d’eau potable alors que le pays en dispose des potentialités incommensurables quant à
ce. Chaque jour, le congolais lambda assiste non sans s’étonner à l’augmentation des prix des transports selon les humeurs des transporteurs, et ce, au vu et au su des autorités.

Le banditisme et la criminalité urbaine font rages dans la capitale, Kinshasa, et dans les grandes villes du pays ; L’insécurité allant grandissante à l’Est à cause de l’activisme de groupes et de l’agression rwandaise via le M23 ; Les infrastructures routières en état de délabrement en pleine ville de Kinshasa et l’inexistence des routes de dessertes dans la majorité
des provinces.

Tous ces faits illustratifs montrent à suffisance que le peuple congolais souffre, ce qui lui donne des raisons
de croire que son pays est gouverné.

Lors de son discours sur l’état de la nation du 14 novembre 2023, Félix-Antoine Tshisekedi avait appelé le peuple congolais à s’investir pour consolider l’élan de progrès lancé durant son premier quinquennat. « Votre engagement est le socle sur lequel nous bâtirons un Congo plus fort et plus uni. Nous avons
donc le choix entre répartir à zéro ou consolider les acquis de cet élan progressif en avançant ensemble avec une vision claire… », avait-il affirmé.

Partant de cette déclaration foudroyante, le peuple congolais n’est-il pas en droit de se poser la question de savoir : « Quels sont les acquis à consolider ? Acquis de la souffrance ou de la misère ? De détournement des derniers publics ?

Le Président de la République, qui a déjà courageusement reconnu que des erreurs commises lors de sa première mandature, va encore avec sa première ministre faire revenir ceux qui ont abusé de sa confidence en leur confiant des postes ministériels
importants pour la vie de toute une nation ?

Voyons voir…

Eldad B.

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Kinshasa : La résidence de Vital Kamerhe attaquée par des hommes lourdement armés en tenue des FARDC

La résidence de l'honorable Vital Kamerhe, située dans la commune de la Gombe, a été attaquée cette nuit par une vingtaine d’hommes en tenue militaire « utilisant des drones », selon des sources. Des sources indiquent que le commando a...

Bureau définitif de l’A.N: F. TSHISEKEDI recommande que la liste soit revue et corrigée en tenant compte de la représentativité de la Grande Orientale

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, vendredi à la Cité de l’Union africaine, avec 406 députés nationaux et une quarantaine des chefs de regroupements politiques de l’Union sacrée de la nation (USN) qui constituent...

Kinshasa: Plusieurs décès et dégâts matériels dans un accident de circulation au niveau de l’aéroport international de N’djili

Un accident de circulation routière s'est produit le jeudi 16 mai 2024 à Kinshasa, capitale de la République de la République Démocratique du Congo. Le drame ayant occasionné plusieurs pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables avait eu...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.