spot_img

Consulter le journal

Fatshi Béton : Sortir de l’illusion bercée du culte de la personnalité (Tribune)

AccueilPolitiqueFatshi Béton :...

Le Congo-Kinshasa est un cas atypique, avec un président continuellement aux abonnés absents. Tenez ! Depuis Bruxelles, devant la diaspora congolaise, il déclare : « à cause de la dégradation de la situation, j’ai dû annuler mon voyage officiel en Hongrie, pour retourner au pays et gérer les derniers développements de la situation à l’Est« . Rempli des fanatiques, l’auditoire applaudit. C’était un vendredi. Comme annoncé, le président atterrit à Kinshasa le dimanche matin. Bizarrement, pendant que les condamnations montent en chaine et que le peuple attend le voir agir, le président de la république semble être le seul à ne pas mesurer la gravité de la situation. Preuve : il ne convoque ni la réunion du Conseil supérieur de la défense ni celle du Conseil national de sécurité et encore moins, un simple Comité de crise.

Bien au contraire, on l’annonce à Oyo, près de Brazzaville, où son homologue d’en face l’appelle « itinérant » ! Il en rit. Le soir, il revient à Kinshasa et depuis, il est introuvable, annoncé loin du continent. Question : pourquoi avoir interrompu son séjour européen s’il savait qu’il n’avait rien prévu en rapport avec le drame de Goma ? La réponse est simple : les djalelo ont obstrué sa conscience et endommagé ses capteurs. Ils l’ont rendu insensible à la réalité au point qu’il ne se rend plus compte de la souffrance que son inaction devenue chronique inflige impose aux Congolais.

L’ennemi du président Tshisekedi, je le redis, n’est pas à trouver parmi ceux qui, comme moi, pour des raisons fondées, sont en désaccord avec sa gouvernance qui enfonce chaque jour le pays dans une crise multiforme. Son ennemi, est le double qui sommeille en lui, comme dirait le psychiatre lisant « Le Double » de Dostoïevski. Il s’appelle Fatshi béton, l’incarnation négative de lui-même, dont il est incapable de se départir. Il a pris le dessus sur sa personne. Il l’habite au point qu’il se confond avec lui pour ne constituer qu’une seule entité négative. A entendre ses partisans parler de lui, on se croirait face à un héros légendaire capable de tout dans l’imaginaire infantile, et incapable de rien dans le monde réel.

A l’image d’un héros, Fatshi Béton affectionne les mises en scène et s’octroie le bon rôle ; celui du Chevalier blanc, auréolé d’une sainteté hors pair, étrangement au-dessus de la mêlée et non trempé malgré la multitude de scandales politico-financiers qui choquent les citoyens mais pas lui. Alors qu’un cycle de corruption, malversations financières et détournements de deniers publics ébranle le cercle de son pouvoir, lui, imperturbable, affirme avec solennité à Bruxelles que la corruption serait devenue une seconde nature pour les Congolais ! Et lui, dans tout ça ?  Comme l’abbé Martin, le curé de Cucugnan, Fatshi béton est bon comme le pain, franc comme l’or ! Ses collaborateurs volent en dehors de lui. Ils détournent sans lui. Et lui n’y est pour rien. Ainsi est-il écrit du premier au dernier verset du chapitre 1er de l’évangile selon Saint Félix, le dirigeant pur qui ne connaît point de péchés. Et il y en a qui y croient en 2024, après avoir affirmé le contraire sous Mobutu et Kabila.

En réalité, Fatshi Béton n’est rien d’autre qu’un fabulateur, qui affectionne les florilèges de louanges et flatteries mais qui reste hostile aux critiques et remarques sur sa gouvernance. Pourtant, les critiques les plus véhémentes et les insultes les plus infectes furent dans un passé récent, le fonds de commerce que Monsieur Félix Tshisekedi exploitait à dessein lorsqu’il accompagnait son défunt père dans l’opposition. Que n’a-t-on pas entendu de sa bouche à l’endroit de Mobutu et des Kabila ?.

Les adeptes du culte de la personnalité réunis au sein de l’union qui se proclame sacrée présentent leur champion comme un personnage d’exception, doté des capacités exceptionnelles, capable de de construire l’équivalent de l’université de Harvard à Mbandaka en moins d’une année, la nouvelle ville KITOKO et celle dite de Fatshi city, le réseau téléphérique de Kinshasa, le réseau Métro Kin ; bref, de transformer les maquettes en une réalité en paillettes comme projet politique. Ces manipulations l’ont fait entrer dans la mythologie congolaise, celle du roi soleil, inzulukable à l’instar de la légende des mobutistes, selon laquelle à 6 ans, Mobutu aurait terrassé à mains nues un léopard ! Mis à l’épreuve des faits, il n’en est rien. Fatshi Béton est juste une simple vue de l’esprit, toujours prompt à esquiver chaque problème par de faux-fuyants sans jamais assumer ni sa responsabilité politique ni sa responsabilité morale. Ceux qui s’opposent à sa gouvernance sont des « traîtres à la patrie, candidats à la peine de mort ! ». Lui, est chef de tout, mais responsable de rien. Autrefois, Joseph Kabila et son FCC portaient sur eux, la charge du blocage. Puis, ce fut Moïse Katumbi, alias la main noire, qui recourt aux hackers russes ! Aujourd’hui, l’auteur du blocage est une femme ; c’est madame la Constitution. Et après ?

Au-delà de sa personne narcissique, les autres ennemis du président de la république se trouvent dans la meute de flatteurs qui l’entourent, le bercent de louanges hypocrites mais le critiquent en privé. Ils sont nombreux, ceux qui le maintiennent dans sa bulle dorée et ont tout intérêt à l’y maintenir, bercé par l’acclamation des foules et les lumières des scènes. Bon nombre de ceux qui l’encensent aujourd’hui étaient hier avec Mobutu, d’autres avec Joseph Kabila, ou les deux en même temps. Lorsque, sous la pression de l’AFDL, Mobutu fut contraint de prendre fuite dans les soutes d’un avion-cargo, les mêmes répétaient en chœur : « on lui disait tout mais il ne voulait pas nous écouter ». Facilement recyclables, ils avaient alors rejoint le sénateur Joseph Kabila, à qui ils disaient « mingi mingi Raïs ». La suite, on la connait. Ils sont à l’Union sacrée, traitant leur ancien bienfaiteur de tous les noms du diable, et se préparant pour que d’ici à la fin du second et dernier mandat en 2028, ils puissent se mettre au service de son successeur, avec la même servilité.

S’il m’était permis de donner un conseil au Président Tshisekedi, je lui suggérerais de « tuer » Béton pour libérer Fatshi et laisser celui-ci prendre les rênes du pouvoir, quitter l’imaginaire pour affronter la réalité et les exigences de la fonction, loin des mondanités et apparats habituels. Je lui dirais de ne plus se dédire ni se défausser sur les autres mais s’assumer quand il le faut en tant que chef et responsable numéro 1 quand le pays ne va pas. C’est ce que l’on attend d’un président de la république ; politiquement et totalement responsable de ce qui marche et de ce qui ne fonctionne pas.

Lubaya Claudel André

Président du parti politique Union Démocratique Africaine Originelle, « UDAO » en sigle

Get notified whenever we post something new!

continuer la lecture

Kinshasa : La résidence de Vital Kamerhe attaquée par des hommes lourdement armés en tenue des FARDC

La résidence de l'honorable Vital Kamerhe, située dans la commune de la Gombe, a été attaquée cette nuit par une vingtaine d’hommes en tenue militaire « utilisant des drones », selon des sources. Des sources indiquent que le commando a...

Bureau définitif de l’A.N: F. TSHISEKEDI recommande que la liste soit revue et corrigée en tenant compte de la représentativité de la Grande Orientale

Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu, vendredi à la Cité de l’Union africaine, avec 406 députés nationaux et une quarantaine des chefs de regroupements politiques de l’Union sacrée de la nation (USN) qui constituent...

Kinshasa: Plusieurs décès et dégâts matériels dans un accident de circulation au niveau de l’aéroport international de N’djili

Un accident de circulation routière s'est produit le jeudi 16 mai 2024 à Kinshasa, capitale de la République de la République Démocratique du Congo. Le drame ayant occasionné plusieurs pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables avait eu...

Enjoy exclusive access to all of our content

Get an online subscription and you can unlock any article you come across.