Pas de vote à l’Assemblée nationale 45 jours après le dépôt du projet de loi de finances 2022: Mboso accusé injustement

Sélection de la rédaction

* Le Bureau de la chambre basse du Parlement est accusé injustement de n’avoir pas encore mis sous examen le projet du budget 2022, la faute, c’est au gouvernement lui-même qui a déposé ce texte sans le faire accompagner de la loi de reddition de comptes 2021

* Même la loi rectificative du budget 2021 laissée par Sylvestre Ilunga n’a été déposée que la semaine dernière, indiquent certaines sources, qui constatent une sorte d’amateurisme du gouvernement dit pourtant des « warriors »

Le Premier ministre Sama Lukonde a déposé depuis le 15 septembre 2021, le projet de loi de finances à l’Assemblée nationale, conformément à la loi relative aux finances publiques et de la Constitution. Une première depuis que ladite loi a été promulguée en 2011. Cette phrase est reprise à tue-tête partout, comme si cela relevait vraiment d’une performance ou d’une nouveauté. « Neni » diront certains. Constat : 45 jours après, ce projet de loi de finances n’est toujours pas examiné par l’assemblée nationale. Et les politiques, les économistes et autres pseudo-analystes montent au créneau, d’une manière sournoise, avec intention de nuire, pour jeter en pâture l’assemblée nationale et son bureau.

L’article 83 de la loi relative aux finances publiques précise que « l’Assemblée nationale dispose de 40 jours à compter de la date du dépôt pour adopter le projet de loi de finances de l’année ».

Et d’ajouter, « si le projet de loi de finances de l’année déposé dans le délai constitutionnel n’est pas voté dans les 40 jours suivant l’ouverture de la session budgétaire, ledit projet est transmis au Sénat pour être adopté dans les 20 jours ».

Le gouvernement Sama Lukonde fautif

Si on s’en tient aux respects des textes, l’Assemblée nationale ne peut plus examiner le projet de loi de finances 2022, qui devrait en principe être renvoyé à la chambre haute du Parlement le 24 octobre dernier. Fin d’analyse de ceux-là qui tiennent à tenir pour responsable l’Assemblée nationale et son président Christophe Mboso N’Kodia Puanga.

Habitués à donner de demi-réponses, des politiciens Congolais ne se donnent jamais le temps d’aller jusqu’au bout de leurs explications. Façon tout simplement pour dire : « l’enfer, c’est l’autre ; la faute, c’est l’autre ». Cette tendance à ne prendre dans la loi ou les lois, que les bouts de phrase intéressés pour culpabiliser les autres, tue la réalité et accroît la médiocrité de certains d’entre les Congolais lambda qui n’appréhendent pas souvent la supercherie.

En effet, pour le cas, il ne faut pas être économiste ou financier pour comprendre que la faute n’est ni à l’Assemblée nationale encore moins à M. Christophe Mboso. Le Bureau de la chambre basse du Parlement est accusé injustement de n’avoir pas encore mis sous examen le projet du budget 2022. La faute, c’est au gouvernement lui-même qui, sciemment, a déposé le projet de loi de finances 2022 sans le faire accompagner de la loi de reddition de comptes 2021. En procédant ainsi, le gouvernement dit des « warriors » savait que la chambre basse du Parlement serait bloquée faute de cette loi de reddition de comptes 2021 dont l’examen du projet de budget 2022 est tributaire. Car, c’est après avoir examiné cette dernière que l’Assemblée nationale se dote des pistes de pour corriger, améliorer, amender la loi de finances de l’exercice prochain.

Aujourd’hui, le gouvernement Sama Lukonde a donné une preuve d’omission voulue, mieux d’un amateurisme en la matière.

Il sied de rappeler que le gouvernement de Sylvestre Ilunga Ilunkamba avait laissé sur la table de l’actuel Exécutif, le projet de la loi rectificative du budget 2021. Curieusement, il a fallu attendre plus de six mois après son investiture, pour que le gouvernement la soumette à l’Assemblée nationale. Quid de ce retard ? C’est une question à mille francs congolais.

Certaines sources généralement bien informées, ont indiqué à la Référence Plus que c’est seulement la semaine passée que ce texte a été remis –presqu’en catimini- au bureau de la chambre basse. S’agissant de la loi de reddition de compte de l’exercice 2021, les mêmes sources ont révélé que le gouvernement des « warriors » s’apprêterait à la déposer la semaine prochaine. Tout ceci dénote d’une sorte de nonchalance de la part de l’actuel gouvernement sur qui beaucoup d’espoirs étaient fondés. Mais hélas !

DMK

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -spot_img

Les plus lus