Nigeria : Déborah Samuel, une étudiante chrétienne (23 ans), lapidée et brûlée vif par ses camarades musulmans

Sélection de la rédaction

Tout Nigrtia semble dans le choc au lendemain du meurtre par lapidation d’une jeune chrétienne de 23 ans par ses camarades musulmans.

Le crime avait eu lieu le jeudi 12 mai 2022 à Sokoto, un état Nigérian où la Charia est appliquée parallèlement au droit commun comme c’est le cas dans plusieurs états du pays.

Deux personnes ont été interpellées et l’université fermée pour une durée indéterminée.

En effet, Déborah Samuel, étudiante de son état, avait payé de sa vie pour avoir, semble-t-il , tenu des propos offensants à l’égard du prophète Mahomet.

La victime avait réagi à travers un audio à un message partagé par l’un des membres de leur groupe WhatsApp au sujet du prophète Mahomet.

Pour Déborah Samuel, ledit message n’avait pas sa place là-bas. Dans sa colère, la jeune femme aurait traité le prophète musulman de « Voyou » ce qui attisa la colère de ses camarades musulmans.

Furieux à leur tour, ils l’avaient fait sortir de force de l’endroit où les autorités l’avaient cachée pour sa sécurité..

Malgré l’intervention de la police qui a fini par abandonner la jeune chrétienne entre les mains de ses bourreaux, ces derniers s’étant mobilisés, l’avaient traînée à terre. Ils l’avaient cruellement fouettée avant de la brûler vif alors qu’ils criaient ‘ Allah Akbar’

La scène inadmissible avait été filmée puis balancée dans les réseaux sociaux.

Pour les autorités musulmanes de l’état de Sokoto, l’acte posé par des étudiants et consorts est justifiable dans un milieu où la loi coranique en vigueur stipule que tout blasphème au prophète est passible de mort.

Face à cet incident, le président nigérien Muhammad Buhari avait appelé à l’apaisement.
Condamnant fermement ces violences préoccupantes, le président nigérien, Muhammad Buhari, avait appelé à l’apaisement le vendredi 13 mai 2022 et la population à respecter la loi.

Dans un communiqué, Muhammad Buhari avait fait savoir que personne n’a le droit de se faire justice soi-même dans le pays. Et d’enrichir que la violence n’a jamais résolu et ne résoudra aucun problème.

L’évêque catholique de l’état de Sokoto, Kukah, avait également condamné le meurtre parlant d’un grand choc. Il en avait également appelé au calme tout en exigeant que justice soit faite.

La Police va enquêter sur cette affaire. Toutes les personnes identifiées dans la vidéo seront arrêtées et déférées devant les instances judiciaires compétentes

Affaire à suivre !

Philippe Dephill Lipo.

- Advertisement -spot_img

Les plus lus